Devoir de mémoire : Quand Lida Kouassi disait qu’il refuserait une grâce présidentielle de Ouattara

La libération des prisonniers politiques par le président de la République a été annoncée le 6 août lors de son adresse à la Nation. Amnistie et refus d’une grâce présidentielle.

Parmi eux, figure Moïse Lida Kouassi, ancien ministre de accusé d’atteinte à l’autorité de l’Etat. Nous avons retrouvé pour vous, les déclarations de ce dernier, lors de son procès, à la mi-janvier 2018. A cette époque, il disait qu’il refuserait une quelconque grâce présidentielle, s’il arrivait à être condamné.

« Monsieur le président, je voudrais vous dire officiellement si par extraordinaire je devais être condamné par cette cour, que cette condamnation soit prononcée en âme et conscience. Telle qu’elle soit, je l’accepterais. Je déclare ici solennellement que je n’accepterai jamais de sortir de prison par grâce présidentielle en ce qui me concerne », avait déclaré Lida Kouassi, lors de son procès s’il venait à être condamné.

« Je déclare ici solennellement que je n’accepterai jamais de sortir de prison par grâce présidentielle en ce qui me concerne »

Notons bien que la grâce présidentielle constitue l’acte par lequel le président de la République dispense un condamné frappé d’une condamnation définitive et exécutoire de subir tout ou parti de sa peine. Quant à l’amnistie, elle constitue à supprimer rétroactivement le caractère d’infraction à certains faits. Elle possède des conséquences plus fortes que la grâce présidentielle.

A lire aussi : Assoa Adou et Lida Kouassi libérés, les comptes dégelés

Si l’ancien sécurocrate de Laurent Gbagbo s’était prononcé contre une quelconque grâce présidentielle, il n’a pas pour autant dit qu’il accepterait une amnistie. Le (), sa famille politique et parti de Laurent Gbagbo juge d’ailleurs illégale la manière dont l’ordonnance a été prise par le chef de l’Etat. Selon les cadres de ce parti, cette mesure ne devrait pas être prise par le président de la République lui même, mais plutôt par le parlement. Alors question : Lida Kouassi a-t-il oublié ses propos prononcés il y a juste huit mois ou alors, il pense que moralement l’amnistie présidentielle illégale est mieux que la grâce présidentielle inconséquente ?

Rappelons que la cour d’assises d’ avait prononcé une peine de 15 ans de prison contre Lida Kouassi et ses trois coaccusés militaires en janvier 2018. Ils étaient tous poursuivis pour atteinte à la sûreté de l’Etat de Côte d’ Ivoire.

Roxane Ouattara

Lida Kouassi : « Le nombre de prisonniers politiques est passé de 0 à 800, ô honte ! »

Personnalités liées avec l’article