Doumbia Major : « si Gbagbo aimait vraiment le pays, il aurait renoncé à toute ambition politique »

« Si Gbagbo aimait vraiment le pays, il aurait renoncé publiquement à toute ambition politique », a affirmé ce mercredi 26 février 2020 Doumbia Major.

Quand on est un parti politique dont l’idéologie repose sur la haine et la volonté d’extermination d’une partie de la population, sur des bases ethniques, raciales ou religieuses, votre venue au pouvoir ne peut que représenter un danger de survie d’espèces, pour vos éventuelles victimes.
C’est en cela que ces derniers feront tout ce qui est en leur pouvoir, pour vous maintenir loin du pouvoir. Si par extraordinaire vous prenez le pouvoir, même si cela arrivait par le jeu démocratique, ces gens n’auront pas d’autres choix que de vous chasser du pouvoir, y compris par les armes.

Pour ces gens que vous menacez de jeter aux rébus après votre tamisage, il s’agit « d’être ou ne pas être »: être dans la soumission avec le statut du citoyens de seconde zone, ou accepter de mourir dans le combat si nécessaire, pour vivre comme des hommes libres, dans la dignité.

LIRE AUSSI : « Chasser Ouattara par les armes » : le capitaine Koné bientôt devant la justice

C’est au regard de cette évidence que je dis que le FPI ne pourra plus jamais prendre le pouvoir en Côte d’Ivoire, même s’il y arrivait de manière miraculeuse, il serait chassé du pouvoir par les armes.

Même si ce parti se met dans une coalition politique, celle-ci portera de facto l’étiquette d’entité haineuse rattachée désormais à l’image du FPI, et celle-ci sera combattue comme le serait le FPI.

LIRE AUSSI : Mabri, un ticket gagnant pour porter haut les couleurs du RHDP en octobre

En clair, l’arrivée du FPI au pouvoir, ce sera sans aucun doute le début d’une autre guerre civile en Côte d’Ivoire. Celle-ci sera plus sanglante que celle qu’on a déjà connue, car le FPI n’a plus le contrôle des casernes et des armes. La communauté internationale le sait et tous les Ivoiriens le savent.

Si Gbagbo aimait vraiment le pays, il aurait renoncé publiquement à toute ambition politique, car il est conscient du fait qu’il est un personnage controversé et un personnage au cœur de controverses.

LIRE AUSSI : Marcel Amon-Tanoh porte la voix de la Côte d’Ivoire à Genève

Quand votre nom fait polémique, souvent, pour la paix, il faut avoir la sagesse de s’effacer, pour laisser la place à des personnalités qui sont moins l’objet de controverses et de polémiques.

Les articles de l’actualité ivoirienne sur Yeclo.com :

Personnalités liées avec l’article