Effondrement d’un immeuble à Yamoussoukro : 2 nouveaux corps, des personnes encore sous les gravats

Effondrement d'un immeuble à Yamoussoukro
Effondrement d'un immeuble à Yamoussoukro

Effondrement d’immeuble . 72 heures après l’effondrement de l’immeuble de quatre niveaux en construction, le gouvernement a envoyé un émissaire sur place. Pendant ce temps, le bilan s’alourdit. 

Le ministre de la Construction, du logement, de l’assainissement et de l’urbanisme, , qui était sur le terrain avec les autorités politiques et administratives de la capitale politique, a, au terme du constat fait du drame qui a coûté la vie à plusieurs personnes, livré ses premières impressions « C’est un sentiment de tristesse, parce que nous sommes en train de chercher encore des corps.

Là, on vient d’en trouver un. Il y a des disparus encore sur le site. Il y a des blessés et beaucoup ont pu regagner leur domicile et il y a un blessé qu’on va aller voir tout à l’heure à l’hôpital qui va subir une opération et on va faire le point et repartir vers le gouvernement pour lui présenter les conclusions sur le terrain », a-t-il fait savoir ajoutant ceci : « Il y a des indications des personnes qui sont retenues sous les gravats. On pense à 6 personnes peut être plus, on ne sait pas encore. Mais selon les indications qui nous sont données, on pense qu’il y a six personnes encore sous les gravats.

A lire aussi : Cartes nationales d’identité ivoiriennes : Les faux justificatifs de Diakalidia Konaté, DG de l’ONI

Mais il se pourrait qu’il y ait plusieurs personnes parce que les ouvriers sont arrivés de Yamoussoukro, de et des environs. Il faut qu’on s’assure que tout le monde est sorti et que tout le monde a été identifié » a-t-il indiqué avant de dénoncer ceci : « Il n’y a pas de permis de construire, il y a eu l’interpellation, d’arrêt de travaux et par le ministère de la Construction et par les autorités en charge au niveau municipal. On a demandé que les travaux soient arrêtés et que les documents soient déposés mais il n’y a pas eu de respect des dispositions. » a-t-il fait savoir annonçant de probables sanctions « Pour l’instant, nous sommes venus faire le point. Nous allons partir vers le gouvernement et nous prendrons nos responsabilités. » a-t-il martelé.

Se prononçant sur ce qui bloque l’intervention des secours, le ministre Isaac Dé de se montrer rassurant « Qu’est-ce qui bloque l’avancement des secours, nous disons qu’il faut aller doucement car on ne sait pas dans quelle position sont les personnes. On veut bouger le moins possible les grands blocs, accéder aux personnes et faire les recherches pour pouvoir les faire sortir si possible vivantes. » a-t-il expliqué faisant cette précision. « Vous savez, depuis qu’il y a eu l’annonce, beaucoup d’équipes sont venues d’ et de Tiassalé avec des engins. Nous étions en permanence avec elles. Le renfort a été demandé, faites confiance à l’équipe.

Je crois que l’équipe de la crise a bien fonctionné sous la supervision du préfet, les autorités se sont mises en place, qu’elles soient administratives ou politiques pour pouvoir apporter un secours…» Notons que le nombre de morts est passé de 3 à 6. Près de dix personnes encore sous les gravats.

A lire aussi 

Drame à Koumassi-Remblais : Une élève projetée du 4è étage, son prof-amant fait des aveux, sa rivale arrêtée

Personnalités liées avec l’article