Emmanuel Macron : « Pourquoi je me suis rendu en Côte d’Ivoire »

Emmanuel Macron explique ici les raisons de sa visite en Côte d’Ivoire d’Ivoire. Le président français était à Abidjan et à Bouaké du 20 au 22 décembre 2019.

Si je me suis rendu en Côte d’Ivoire, c’est d’abord pour y rencontrer nos militaires qui s’apprêtent à passer les fêtes en mission, la plupart éloignés de ceux qui leurs sont chers. J’ai porté, en votre nom, la reconnaissance d’une Nation à l’égard de celles et ceux qui la protègent.

Je suis venu, aussi, pour renforcer cette relation entre la Côte d’Ivoire et la France, faite de femmes et d’hommes qui vivent et nourrissent cette amitié. Sport, économie numérique, agroalimentaire, transports, développement durable, culture : nous avons tant à faire ensemble !

LIRE AUSSI : Macron en Côte d’Ivoire pour négocier la fin du franc CFA ?

J’ai échangé avec la jeunesse ivoirienne aux côtés de ceux qui s’engagent pour son avenir. Et je veux ici remercier les Ivoiriens pour leur formidable accueil à Abidjan et Bouaké.

Je l’ai vu, c’est du concret : l’agora socio-sportive de Koumassi réunit dans un lieu unique des infrastructures sportives, des opportunités de formation, d’emploi et une offre culturelle. C’est un projet emblématique pour la jeunesse qui s’inscrit dans les projets de villes durables. La France participe à ce projet ambitieux. J’ai vu aussi les opportunités qu’offre le futur grand marché de Bouaké dont nous avons posé la première pierre. Ce marché ouvert sera le plus grand d’Afrique de l’ouest. Il est une autre illustration de ce que nous pouvons faire pour accompagner le développement urbain, économique au bénéfice de la jeunesse africaine.

LIRE AUSSI : Ouattara: « La France est un partenaire militaire et politique important »

À Abidjan, j’ai échangé avec les organisations qui agissent pour mettre fin aux trois pandémies les plus meurtrières : SIDA, tuberculose et paludisme. Nous avions franchi une étape importante à Lyon, avec l’engagement de 14 milliards d’euros pour le Fonds Mondial. Nous avons signé à Abidjan un partenariat entre le Fonds Mondial et l’AFD pour le renforcement des systèmes de santé (amélioration des infrastructures de santé, meilleure formation des personnels de santé). Chaque euro dépensé pour prévenir et traiter les trois pandémies les plus meurtrières au monde sera plus efficace.

Il y a un autre combat à mener, c’est celui contre le terrorisme. Avec l’Académie internationale de lutte contre le terrorisme, dont nous avons signé le lancement, la Côte d’Ivoire sera à la pointe en la matière.

Personnalités liées avec l’article