Exclusif / Adjoumani réagit après son limogeage par Bédié : « Je prends acte… »

Henri Konan Bédié et Kobenan Kouassi Adjoumani
Henri Konan Bédié et Kobenan Kouassi Adjoumani

n’a pas été préalablement informé, avant son limogeage du porte-parolat du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (). Joint par IvoireSoir.net, il a livré ses premières impressions. Adjoumani réaction limogeage.

« Je n’ai pas été informé. La veille de la décision, j’étais avec le président et notre rencontre s’est très bien passée. J’ai donc appris l’information, comme tout le monde, par voie de presse. Mais si telle est sa volonté, que celle-ci soit faite. Je n’ai pas à m’insurger ou à justifier les décisions de mon président », a déclaré à IvoireSoir.net, le ministre Kobenan Kouassi Adjoumani, joint par téléphone.

A lire aussi. Bédié explique : Pourquoi j’ai limogé Adjoumani et remanié le secrétariat exécutif du PDCI (raisons officielles)

Kobenan Kouassi Adjoumani était au centre de vives critiques de la part de certains cadres et militants du PDCI, farouchement opposés au projet de parti unifié et globalement au . Les tensions entre lui et ont éclaté au grand jour, quand le premier a déclaré qu’il était le haut parleur de Bédié, tandis que le second était son micro. Une polémique qui avait amené Bédié à recadrer le premier et à renforcer le rôle du second.

« Mais c’est peine perdue, le Zanzan c’est Adjoumani et Adjoumani, c’est le Zanzan, n’en déplaise à ceux qui veulent nier le contraire »

Contrairement à ce que l’opinion pouvait retenir, Adjoumani a continué à entretenir de bons rapports avec Bédié. Son entourage soupçonne des manipulations orchestrées par Guikahué. Ils en veulent pour preuves, la nomination de ses adversaires politiques, dans les instances du parti, pour mieux contre-balancer son poids dans le zanzan. « Mais c’est peine perdue, le Zanzan c’est Adjoumani et Adjoumani, c’est le Zanzan, n’en déplaise à ceux qui veulent nier le contraire », confient-ils.

Abus de pouvoir de Bédié ?

Si la démission d’Adjoumani du porte-parolat du PDCI semble acquise, nos informations nous révèlent que concernant le RHDP, les choses sont plus compliquées qu’elles ne paraissent. En juillet 2016, il avait été nommé porte-parole du RHDP, par Henri Konan Bédié, en accord avec le président Alassane Ouattara. Et manifestement, ce dernier n’a pas été consulté, encore moins été informé de la décision de Bédié, alors qu’ils s’étaient rencontré la veille de la prise de ladite décision, au palais présidentiel.

« A relire attentivement son communiqué, il n’a pas démis Adjoumani de son poste de porte-parole du RHDP. De sorte que celui-ci demeure, dans les faits, le porte-parole de la FÉDÉRATION de partis ou du parti a unifieR, LE RHDP »

Une rencontre au cours de laquelle, ils sont tombés d’accord sur la formation du futur gouvernement et au cours de laquelle, Bédié n’a pas réclamé la tête des ministres PDCI, encore moins celle d’Adjoumani. Nos sources révèlent que c’est d’ailleurs en prévision de ce gouvernement qui devrait maintenir les ministres issus du PDCI, que Bédié a remanié le secrétariat exécutif, en y nommant tous les ministres siégeant actuellement au gouvernement, qui n’y étaient pas auparavant.

En ce qui concerne le porte-parolat du RHDP pour lequel Bédié n’a pas consulté Ouattara, le président du PDCI, conscient de ce subtil abus de pouvoir, a pris soin de s’entourer de garanties. A relire attentivement son communiqué, il n’a pas démis Adjoumani de son poste de porte-parole du RHDP. De sorte que celui-ci demeure, dans les faits, le porte-parole de la fédération de partis ou du parti à unifier, le RHDP. Une nuance que seuls ceux qui comprennent la « sorcellerie » politique ivoirienne, comprendront.

Prince Beganssou

L’interview d’Adjoumani qui a fâché Bédié