La CPI tire le rideau sur le dossier ivoirien : Gbagbo et Blé Goudé acquittés, les autres oubliés ?

CPI
La cour de la CPI © Crédit Photo AIP

La CPI a tiré le rideau sur le dossier ivoirien, laissant derrière elle un sentiment d'amertume et d'injustice pour de nombreuses victimes.

Ferro Bally, journaliste ivoirien, a dénoncé la fermeture du dossier ivoirien par la CPI, la qualifiant de « honteuse et lâche ». Il a notamment critiqué le fait qu'aucune personne ne sera poursuivie pour les crimes de guerre et les crimes contre l'humanité commis pendant la crise post-électorale de 2010-2011.

Bally a également accusé la CPI d'avoir été manipulée par les puissances occidentales, qui n'avaient d'autre objectif que d'éliminer Laurent Gbagbo du pouvoir. Il a rappelé les déclarations de Barack Obama et de Nicolas Sarkozy, qui avaient publiquement appelé Gbagbo à céder le pouvoir à Alassane Ouattara.

La rédaction vous conseille

Bally a également critiqué l'impunité dont bénéficient les partisans d'Alassane Ouattara. Il a notamment rappelé que Ouattara s'était engagé, lors de la campagne présidentielle de 2010, à faire la lumière sur les événements sanglants qui ont marqué l'histoire récente de la Côte d'Ivoire. Cependant, depuis son arrivée au pouvoir, Ouattara n'a ouvert qu'un seul procès, celui de l'assassinat du général Robert Guéi, et ce procès s'est soldé par la condamnation à perpétuité de deux proches de .

Bally a appelé à la justice pour les victimes de la crise post-électorale. Il a également appelé à ce que la lumière soit faite sur les événements du passé, afin que de telles tragédies ne puissent plus se reproduire.

Les derniers articles sur YECLO

Written by Mohammed Ouattara

Armée française

Tchad : des manifestations contre la présence des forces françaises interdites

La cour de la CPI

La CPI met fin à l’enquête sur le dossier post-électorale 2010-2011 en Côte d’Ivoire, sans justice pour les victimes : Ferro Bally réagit