Guillaume Soro : « n’oublions pas que la justice des hommes peut faillir, mais jamais celle de Dieu »

En ce 9 février 2020, Guillaume Soro parle de justice et invite la communauté chrétienne à méditer avec lui le Psaume 103.

Chrétiennes, Chrétiens,
Chers Frères et Sœurs,
Chers Amis du Christianisme,

J’aime tout particulièrement à psalmodier ces paroles de la Bible de Jérusalem, extraites du Psaume 103, qui nous dit que « Dieu est amour », des versets 1 à 6 :

LIRE AUSSI : Mgr Kutwa veut-il brûler la Côte d’Ivoire ?

« Bénis Yahvé, mon âme,
Du fond de mon être, son saint nom,
Bénis Yahvé, mon âme,
N’oublie aucun de ses bienfaits,
Lui qui pardonne toutes tes fautes,
Qui te guérit de toute maladie ;
Qui rachète à la fosse ta vie,
Qui te couronne d’amour et de tendresse ;
Qui rassasie de bien tes années,
Et comme l’aigle se renouvelle ta jeunesse
Yahvé qui fait œuvre de justice
Et fait droit à tous les opprimés ».

LIRE AUSSI : Affaire Soro : les avocats français du président de GPS vont saisir les juridictions internationales

Oui, en ce dimanche 9 février 2020, méditons en prière et en chanson ces versets qui nous rappellent d’où vient la Vie et où elle va. N’oublions pas que la justice des hommes peut faillir, mais jamais celle de Dieu.

N’opprimons pas l’innocent, car Dieu voit tout. IL redressera sans coup férir la balance des torts. Bon dimanche de grâces et de pénitences, de charité et d’amour à tous ! Car Dieu est amour !

Votre, toujours, uni en Christ.

Les derniers articles de l’actualité ivoirienne sur Yeclo.com :

Personnalités liées avec l’article