« A Abobo, le candidat de Guillaume Soro, c’est Tehfour Koné, point » (Kanigui Soro)

Kanigui Soro, député de a animé un meeting  le samedi 15 septembre 2018 à l’espace la Dren 4 d’. Il représentait , président de l’Assemblée nationale, en soutien au candidat Tehfour Koné.

Le député de Sirasso a dénoncé le fait que certains candidats font du chantage en réduisant la population d’Abobo à la mendicité. Il a demandé aux distributeurs de billets de banque de faire en sorte que les enfants d’Abobo gagnent du travail.

Chers populations d’Abobo j’ai l’honneur de prendre la parole au nom du président Guillaume Soro, président de l’Assemblée nationale qui m’a demandé de venir rencontrer Moussa Touré afin que nous mettions en place une délégation pour venir passer un message aux populations d’Abobo. Il m’a demandé de venir vous dire qu’il a choisi comme candidat Tehfour Koné à Abobo. Je suis venu vous dire qu’à Abobo, le candidat de Guillaume Soro, c’est Tehfour Koné, point.

Le président Guillaume Soro a dû appeler Tehfour Koné pour lui dire ‘’ viens, tu es un brillant cadre d’une commune qui a travaillé à ce que la Côte d’Ivoire ait la paix aujourd’hui ; viens à mes côtés pour être mon conseiller.

Très cher ami et frère, le président Soro au-delà des commentaires que j’assume car ils viennent de moi, m’a demandé de venir te dire que ton président, ton ami et frère qui est actuellement à Paris te soutient et qu’il sait que tu vas gagner en octobre prochain. Il dit de te dire qu’il semble que si on te choisit, Abobo est perdu. Il dit que si éventuellement si on te choisit et que les choses ne bougent pas, sais qu’il n’est pas en Côte d’Ivoire.

A lire aussi : A Abobo, Sidiki Konaté lâche Tehfour Koné (proche de Soro) pour Hamed Bakayoko

Tu peux compter sur lui, tu peux compter sur ses relations, tu peux même compter sur le chef de l’Etat, tu peux compter sur chacun et chacune de nous venus ici pour réparer une injustice et faire en sorte que la grande Abobo qui a toujours relevé les défis pour que la Côte d’Ivoire aille devant.

Il est méchant de dire que si on n’a pas choisi X ou Y, on n’arrangera pas Abobo pendant que les corps d’Abobo sont en train de pourrir encore. Si on reconnait que le pouvoir appartient au peuple et que c’est le peuple d’Abobo qui donne le pouvoir, alors on doit être d’accord de dire quel que soit ce qu’Abobo va nous proposer, c’est lui va faire la gouvernance d’Abobo avec la bénédiction des gouvernants.

Mais venir s’arrêter sur le sang, sur la sueur des enfants des gens pour dire si vous ne laissez pas votre fils pour choisir un d’entre nous, on ne fera rien pour vous. Dieu ne vous pardonnera jamais. Souvent les riches font une erreur ; ils pensent que quand ils passent et qu’ils distribuent de l’argent, ils partagent le bonheur mais ils ne savent pas que chaque fois qu’ils distribuent trop d’argent, ils montrent aux gens qu’eux seuls ont gardé trop d’argent et que les autres n’ont rien eu.

Il faut travailler à ce que les enfants d’Abobo gagnent du travail, gagnent des marchés, soient des responsables politiques de haut niveau pour s’occuper du quotidien de leurs enfants, de leur femme, de leurs parents.

Propos recueillis par Karina Fofana

Hamed Bakayoko à Abobo : Votez-moi parce que j’appelle le Président deux fois par jour

Personnalités liées avec l’article