Le Code de déontologie pour les infirmières en Côte d’Ivoire adopté : « l’infirmier peut intervenir en l’absence d’un médecin », ce qui change

Traditionnelle cérémonie de port de blouse de l'institut National de Formation des Agents de Santé (INFAS)
Traditionnelle cérémonie de port de blouse de l'institut National de Formation des Agents de Santé (INFAS) © Crédit Photo Ministère ivoirien de la Santé.

En Côte d’Ivoire, l’Assemblée nationale a adopté ce lundi 10 juin 2024, deux projets de loi portant sur le Code de déontologie des infirmières et des sages-femmes.

Ces textes, longuement attendus par les professionnels concernés, viennent combler un vide juridique et visent à encadrer de manière claire et précise l’exercice de ces professions essentielles.

Un encadrement clair des missions des infirmières

Le Code de déontologie des infirmières définit pour la première fois les prestations que les infirmiers sont habilités à fournir, tant aux patients et à leurs familles qu’aux collectivités. Il énonce également les exigences professionnelles et les conditions d’exercice de la profession, ainsi que les actes de soins infirmiers, y compris dans le secteur privé.

Un point particulièrement important de ce nouveau code concerne l’extension des compétences des infirmières. En effet, le texte prévoit qu’elles peuvent désormais intervenir en l’absence d’un médecin, notamment en cas d’urgence médicale. Cette disposition vise à garantir une réponse plus efficace aux besoins de santé des populations, en particulier dans les zones reculées où l’accès aux médecins est souvent limité.

Un code de déontologie pour les sages-femmes

Le Code de déontologie des sages-femmes réaffirme le rôle crucial joué par ces professionnelles de santé auprès des femmes enceintes et des nouveau-nés. Il établit un ensemble de droits et devoirs, offrant ainsi un cadre clair pour la discipline et la promotion d’une pratique sage de la profession.

Le texte met également en avant les principes éthiques fondamentaux, notamment la sauvegarde de la vie et le respect de la personne humaine, ainsi que l’importance de soulager la souffrance des patientes.

La rédaction vous conseille

L’adoption de ces deux codes de déontologie constitue une avancée majeure pour la profession infirmière et sage-femme en Côte d’Ivoire.

Ces textes permettront d’améliorer la qualité des soins prodigués aux patients, de renforcer la reconnaissance des professionnels concernés et de contribuer à une meilleure organisation du système de santé ivoirien.

Les derniers articles sur YECLO

Written by Colombe Blanche

Traditionnelle cérémonie de port de blouse de l'institut National de Formation des Agents de Santé (INFAS)

Sage-femme et Maïeuticien : un nouveau Code de Déontologie en Côte d’Ivoire adopté, ce qui faut retenir

Franc CFA

Impôts salaires Côte d’Ivoire : les réformes sur les traitements des salaires, pensions… adoptés