Marcel Gossio depuis Guiglo : « Le PDCI a déjoué un plan machiavélique »

Marcel Gossio depuis Guiglo, à la journée dite du militant FPI a félicité Henri Konan Bédié et le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) pour avoir « déjoué un plan machiavélique ». Ci-dessous l’intégralité de la déclaration du vice-président du Front populaire ivoirien.

Le FPI reviendra au pouvoir en 2020. Je le dis parce qu’il y avait deux grosses maladies qui minaient le FPI, qui ont provoqué notre chute. Il y a d’abord le RHDP et puis la communauté internationale. Aujourd’hui, le FPI qui était rejeté par cette communauté internationale ne l’est plus.

Le président Affi N’guessan avec sa politique modérée a pu convaincre lors de ses nombreuses rencontres avec les ambassadeurs et les représentants des pays étrangers et de l’Union européenne. Il a pu les convaincre sur la justesse de sa vision, c’est-à-dire ne pas faire d’histoire, aller à l’apaisement, respecter les gens et leur à démontrer qu’ils ne sont pas nos ennemis et ils ont compris.

A lire aussi : Bédié après une rencontre avec Affi : « Notre plateforme comprendra toutes les forces vives de la nation »

C’est la démarche que nous engageons. Il n’y a que par le dialogue politique et l’amélioration de nos rélations diplomatiques, que nous pourrons redorer l’image du Front populaire ivoirien. C’est ce que nous faisons aujourd’hui. C’est le travail du président Affi N’Guessan. Je suis heureux ,très heureux de voir que certains de nos camarades qu’hier disaient que nous étions vendus aux blancs suivent nos pas aujourd’hui.

Nous les avons réconciliés, nous leur avons dit de ne plus faire de palabre. Si vous nous rejoignez, il n’y aura plus de palabre. Venez à la maison pour que nous fassions l’unité du parti, nous allons nous entendre. Parce que les ingrédients qui ont fait que nous sommes arrivés au pouvoir sont en train d’être réunis. Il faut que vous lisiez les signes, les signes sont là.

Deuxième maladie, c’est le RHDP. Cette alliance nouée en avril 2005, entre le PDCI et le RDR. Le RHDP est mort. Il a été enterré le lundi 24 septembre à Daoukro par le président Bédié. La décision du PDCI de sortir du RHDP est salutaire. Le PDCI a déjoué un plan machiavélique, le retour au parti unique. Le FPI salue et félicite le président Bédié.

Déjà en janvier 2018, le président Affi était allé le voir pour parler de cela. Et puis récemment le 10 août 2018, nous avons rendu encore visite au président Bédié. Le front populaire ivoirien attend vivement que la plateforme de collaboration annoncée par le président Bédié, se mette rapidement en place pour les défis futurs notamment  les l’élection présidentielle de 2020.

C’est dans cette plateforme que ceux qui ont la même vision, qui aiment leur pays doivent se retrouver. Ces deux maladies ont été soignées, éradiquées, maintenant, il nous reste à nous mettre ensemble. Et pourquoi nous ne le ferions pas ? Pourquoi ne pas croire en l’avenir si tout cela est fait ? La seule chose qui reste, c’est l’unité au sein du FPI.

« Venez pour qu’on enlève les Ouattara pour qu’on revienne au pouvoir. Les signes de notre retour aux affaires sont là, nous les voyons »

Je vous engage tous à aller à l’unité. Dans les bases, dites à ceux qui traînent encore les pieds qu’on appelle frondeurs, qu’ils viennent à l’unité, s’ils veulent vraiment que le FPI revienne au pouvoir. Parce que si tu es militant du FPI et que tu ne veux pas que le FPI vienne au pouvoir, c’est que tu es un sorcier. Le pouvoir, nous ne l’avons pas perdu, ils nous ont fait un coup d’état. Donc le pouvoir est encore là pour nous.

Venez pour qu’on enlève les Ouattara pour qu’on revienne au pouvoir. Les signes de notre retour aux affaires sont là, nous les voyons. Les signes de la libération du président Laurent Gbagbo et de Blé Goudé sont visibles. A nous de nous unir camarades. Ce que je dis ne sont pas de vains mots. C’est important pour nous tous, l’unité.

Camarades, préparons le chemin à travers notre mobilisation. Soyez mobilisés et à l’écoute de la direction du parti et surtout de son chef, le président Affi N’Guessan. Ce message d’unité que je viens de lancer, je vous demande d’aller partout dans les hameaux, dans les villages, les campements, pour parler en parler.

C’est la seule chose qui peut faire pour qu’on revienne au pouvoir et pour que vis souffrances s’éteignent. Si nous ne sommes pas au pouvoir, vous allez souffrir pendant longtemps.

Elvire Ahonon

« Sorcier, traître ! » : Les détails du lynchage manqué de Bertin Kadet chez Simone Gbagbo

Personnalités liées avec l’article