Masa 2020 : Après le succès mitigé de 2019, les acteurs réfléchissent à des innovations

A un jour de la fin du Masa, le public abidjanais continue de bouder les spectacles

2020. Le vendredi 22 mars, les membres du () du Marché des arts et du spectacle d’Abidjan (Masa) se sont réunis au siège de l’institution, au Plateau. Il s’agissait, pour eux, de réfléchir sur le programme de la 11e édition de l’événement.

En ouverture de cette rencontre de travail, le Pr Yacouba Konaté, directeur général du Masa, a situé le cadre de cette importante rencontre. « Nous voulons passer en revue l’édition passée et souligner ce qui n’a pas marché, pour voir ce qu’on peut mettre en avant. Nous voulons voir aussi ce qui a marché afin de l’améliorer. Ce qui nous préoccupe, ce n’est pas tant de faire voyager des artistes. Mais plutôt de développer des pistes innovantes », a-t-il déclaré. , de l’Organisation internationale de la Francophonie (Oif), s’est félicité de la collaboration entre l’institution qu’elle représente et le Masa.

Selon elle, « C’est une belle histoire de créativité » qui les lie. « On peut tout reprocher au Masa sauf sa sélection artistique. Le Masa a évolué, mais il faut trouver un équilibre entre les disciplines. Nous avons un bon produit », poursuit-elle. En 2020, sera célébré le cinquantenaire de la Francophonie. L’idée pour Mme Fall, c’est que les festivités démarrent par la Côte d’Ivoire et le Masa. « C’est vrai que le bouquet final sera en Tunisie. Mais nous souhaitons commencer en début d’année avec vous, ici », a-t-elle conclu. Présent à l’ouverture des travaux, le ministre de la Culture et de la Francophonie, , s’est réjoui de ce que le Masa ait pu résister aux soubresauts pour se renaitre, après la crise qu’a connue la Côte d’Ivoire.

« Le Masa est devenu un label. C’est aujourd’hui le seul festival panafricain pluridisciplinaire. C’est une fierté »

Pour lui, si l’événement est apprécié, c’est à cause de son contenu. « Le Masa est devenu un label. C’est aujourd’hui le seul festival panafricain pluridisciplinaire. C’est une fierté », a-t-il fait savoir, avant de présenter ses vœux de succès aux membres du Comité artistique international. Le ministre Bandaman est, par ailleurs, revenu sur le changement de dénomination du Masa. « Ce n’est pas un repli identitaire, ce n’est pas un festival uniquement pour les arts africains et pour l’Afrique uniquement. C’est lié à une situation institutionnelle », a-t-il expliqué.

A lire aussi : Femua 2019 : Allah Thérèse, Femi Kuti, Josey, Oumou Sangaré… à l’honneur

« 2020, une année politique, tout se passera bien »

La 11e édition du Marché des arts et du spectacle d’Abidjan est prévue pour avoir lieu du 7 au 14 mars 2020. Maurice Bandaman a indiqué que l’année 2020 sera une année hautement politique. Allusion faite aux échéances électorales. Alors que les populations s’inquiètent de ce que les élections présidentielles pourraient entrainer comme violences, comme ce fut le cas en 2010, le ministre de la Culture et de la Francophonie s’est voulu rassurant et confiant. « 2020 sera une année politique, mais tout se passera bien en Côte d’Ivoire. Comme on le dit, il n’y a pas le feu. En 2020, le Masa doit apaiser », a-t-il souhaité.

« 2020 sera une année politique, mais tout se passera bien en Côte d’Ivoire. Comme on le dit, il n’y a pas le feu. En 2020, le Masa doit apaiser »

S’agissant de la rencontre du Comité artistique international, elle a permis de plancher sur certains aspects. Notamment l’implication des membres du Cai dans la programmation. Ces derniers ont décidé de moins charger les scènes. En 2020, les panels des rencontres professionnelles devront être limités à 2 heures. Concernant la billetterie, l’utilisation des bracelets électroniques a été préconisée. L’identification des spectacles à vendre également. Un avis de participation sera fait aux professionnels 6 mois avant le festival et la liste sera ensuite soumise au Comité de sélection. D’autres questions comme la spécialisation des salles, la réduction du nombre de groupes, la validation des spectacles, la programmation de 3 spectacles par salle, la nomination d’un coordinateur pour la production, avec implication des techniciens et des programmeurs, le ciblage de la communication ont également été évoqués.

L’innovation de l’édition 2020 du Masa portera sur le Hip-hop, à travers le rap, le slam, le break-dance, le graffiti, les battles-dances et bien d’autres disciplines de cette Culture urbaine.

E.G.