Mugefci : Mesmin Comoé et son équipe vont augmenter les cotisations des fonctionnaires

Mesmin Comoé Mugefci
Mesmin Comoé Mugefci

 Après l’assemblée générale du vendredi 8 juin dernier, l’équipe dirigeante de la avec à sa tête , président du conseil d’administration ont suggéré une augmentation des cotisations des fonctionnaires et des réformes pour améliorer disent-ils la couverture maladie des fonctionnaires. .

« Les experts, après une étude poussée, ont affirmé que distraire 52% de nos cotisations pour payer nos contributions à la CMU (couverture maladie universel) en maintenant le niveau de cotisation actuelle ne permettra pas à la Mugefci de vivre plus d’une année. Pour créer l’équilibre il faut augmenter à 4,5%.En outre, il faut noter que le montant de nos cotisations date de 45 ans. Depuis 45 ans, certains mutualistes payent le même montant alors que les prix des médicaments ont décuplé pour la plus grande partie », explique Mesmin Comoé.

« Des personnes déclarent des malades sur lesquelles nous dépensons plusieurs millions alors qu’elles n’ont aucun lien avec l’adhérent »

Selon lui, pour 8 milliards FCFA attendus comme cotisations, plus de 12 milliards FCFA sont dépensés. La mutuelle étant déficitaire il faut donc trouver les 4 autres milliards FCFA, en augmentant le taux de cotisation des adhérents. En ce qui concerne l’exclusion des concubins et concubines dans la prise en charge, Mesmin Comoé explique que c’est pour lutter contre la fraude. « Des personnes déclarent des malades sur lesquelles nous dépensons plusieurs millions alors qu’elles n’ont aucun lien avec l’adhérent. Au régime de base, on n’admet pas depuis 45 ans les concubins et concubines parce qu’il n’existe aucun document administratif pour identifier le concubin ou la concubine ».

A lire aussi : Hôpital général de Bouna : Le bloc opératoire en ruine, des malades évacués vers le Burkina Faso

« Et entre nous, si on est si soucieux de la protection de nos conjoints, commençons par leur offrir un statut légal », relève Mesmin Comoé qui appelle les mutualistes à faire le sacrifice, pour permettre au régime de base de retrouver son équilibre. Il annonce également l’augmentation des cotisations pour les adhérents qui ont plus de 40 ans.

« C’est pour encourager les souscriptions jeunes. C’est dans la solidarité intergénérationnelle que la mutuelle assurera sa pérennité. Adhérez avant 40 ans, vous ne payerez que 15 mille jusqu’à votre retraite et même après votre retraite », indique Mesmin Comoé.

Pour la couverture maladie universelle (CMU), le président du conseil d’administration de la Mugefci révèle qu’elle va apporter une prestation nouvelle. Désormais, tous les mutualistes auront accès aux consultations, aux actes médicaux, à l’hospitalisation. Mais la couverture ne sera pas gratuite.

Les mutualistes devront payer obligatoirement 1000 FCFA chacun. « Si vous êtes 5 dans votre famille, vous payerez 5.000 là ou par le jeu de la solidarité vous ne payerez que 3.000 au maximum », indique-t-il. Ces mesures « douloureuses » sont prises alors que le dernier bilan présenté par l’administration sortante faisait état d’un excédent de 3 milliards FCFA.

Les fonctionnaires disent ne pas comprendre ces augmentations. Ils pensent que le déficit peut être comblé à partir du prélèvement des nouveaux fonctionnaires qui se fait depuis la première prise de service alors qu’ils ne bénéficient d’aucun traitement conséquent relativement à cette cotisation.

« Asphyxie des fonctionnaires »

S’il y a augmentation des cotisations, les fonctionnaires souhaitent que le gouvernement supprime la contribution nationale sur les salaires des fonctionnaires pour qu’ils puissent faire face à ces mesures annoncées, au mieux rendre la Mugefci facultative. Des syndicats et autres groupements de fonctionnaires annoncent mener des actions pour empêcher « l’asphyxie des fonctionnaires », à travers ces réformes annoncées.

Le 16 octobre 1989, au cours d’un Conseil National, le Président de la République désengage l’Etat de la gestion de la MGFAE et demande aux organisations syndicales des fonctionnaires de rechercher la meilleure voie de gestion possible de leur mutuelle.

Ainsi, lors de l’assemblée générale constitutive du 29 novembre 1989, la MGFAE (la Mutuelle générale des fonctionnaires et agents de l’Etat) est transformée par les syndicats et associations de fonctionnaires, en institution de droit privé régie par la loi du 1er Avril 1898, relative aux sociétés de secours mutuels et dénommée Mutuelle générale des fonctionnaires et agents de l’Etat de Côte d’Ivoire, en acronyme MUGEFCI, en l’absence de réglementation nationale propre régissant la mutualité sociale en Côte d’Ivoire.

Elvire Ahonon

Mort d’une enseignante à l’hôpital de Koumassi : Elle est « arrivée décédée » selon le ministère de la Santé

Personnalités liées avec l’article