N’zuéba, le mystérieux pouvoir de la pluie : l’incroyable histoire d’Henri Konan Bédié

La dépouille de Bédié à Daoukro le 26 mai 2024
La dépouille de Bédié à Daoukro le 26 mai 2024 © Crédit Photo DR

Henri Konan Bédié s'est éteint le 1er août 2023. Surnommé « N'Zuéba », qui signifie « enfant de la pluie » en baoulé, sa vie a été marquée par une étrange relation avec ce phénomène météorologique.

Le 26 mai dernier, le jour du transfert de sa dépouille mortelle à Daoukro, sa ville natale, une pluie diluvienne s'est abattue sur la région. La veille, à Abidjan, des trombes d'eau avaient également perturbé les hommages organisés par son parti.

Coïncidence ou signe mystique ? La question reste ouverte. Pour certains, il s'agit d'une simple association de hasard, tandis que d'autres y voient l'œuvre de forces occultes liées à la personnalité énigmatique de Bédié. Venance Koan se prononce :

Ci-dessous son hommage à l'ancien président ivoirien, Bédié :

« La pluie a presque toujours accompagné ma vie. Si vous allez à Daoukro ou à Yamoussoukro, les gens vous diront spontanément : « Ah le président est là, il va pleuvoir. » Il y a de grandes chances pour que cela se produise. La dernière fois que je suis allé tenir un Conseil des ministres à Yamoussoukro, les habitants ont déclaré : « Cela fait un mois que nous n'avons pas eu de pluie. S'il vient, il va pleuvoir. »

Ce sont là quelques extraits de « Sur les chemins de ma vie », dans lesquels expliquait sa relation étrange avec la pluie. Il avait dit dans ce livre publié lorsqu'il était président de la Côte d'Ivoire, c'est-à-dire il y a plus de vingt ans, que depuis son enfance, il avait été surnommé « N'zuéba » qui en baoulé, son ethnie, pouvait se traduire par « enfant de la pluie » ou « enfant de l'eau ». Parce que de très nombreux moments de sa vie étaient marqués par la pluie. On s'était gaussé de lui. Puis l'on a commencé à remarquer qu'il pleuvait effectivement souvent lorsqu'il arrivait dans une localité. Comme lors de sa tournée dans le grand nord quand il était président de la République. Comme cette inondation au Japon lorsqu'il y avait été en visite. Comme lors de son retour d'exil, aussi bien lorsqu'il arriva à Abidjan que lorsqu'il mit les pieds à Daoukro, son fief. Comme dans plusieurs localités lors de sa campagne électorale en 2010. Coïncidence ? C'est ce qu'ont toujours pensé les cartésiens. Ceux qui le sont moins ou pas du tout et ceux qui « savent écouter dans le vent le buisson en sanglots » ont toujours pensé à quelque chose d'autre qui est de l'ordre du mystique.

N'zuéba nous a définitivement quitté le 1 août 2023. Je sortais de la Pisam où j'avais été rendre visite à un ami malade lorsque l'hélicoptère qui transportait son corps est arrivé. Et il pleuvait ce jour-là. C'est lorsque j'arrivai chez moi que j'appris qu'il venait de mourir. Henri Konan Bédié, l'enfant de l'eau ne pouvait quitter ce monde que sous la pluie. N'zuéba !

La rédaction vous conseille

Sa dépouille mortelle a été transféré dans sa bonne ville de Daoukro le dimanche 26 mai dernier. Une pluie diluvienne s'est abattue sur la ville dès l'arrivée du corps. La veille, à Abidjan, une autre pluie avait arrosé copieusement la ville lors des hommages que lui rendait son parti, le Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI), et arraché, à plus de 200 kilomètres de là, tout le dispositif installé pour ses obsèques dans son village de Pepressou, à quelques encablures de Daoukro. N'Zueba était-il en colère ? Etaient-ce les esprits qui l'ont toujours accompagné qui étaient en colère ? Ou était-ce juste sa façon de dire au revoir à son peuple ? A moins que ce ne soit une simple coïncidence. Les oracles du pays baoulé nous donneront peut-être un jour les clés pour comprendre ce mystère. Et pour percer le mystère que lui-même représentait. Il eut une vie pleine et riche, avec des accidents, des retours de fortune, des retours sur le devant de la scène lorsque l'on le croyait définitivement sorti, des alliances et des mésalliances.

N'zuéba est parti pour toujours. Avec ses mystères, ses secrets, son sourire toujours énigmatique, son humour mordant, ses silences qu'il fallait bien le connaître pour pouvoir les décrypter. Il avait aussi ses moments surprenants, comme ce jour où il dansa devant Madame Angela Merkel à Yamoussoukro, ou devant Guillaume Soro. Daoukro et toute sa région sont orphelines. Guillaume Soro qui eut une certaine proximité avec lui vers la fin de sa vie, a dit dans un texte largement repris sur les réseaux sociaux, que N'zuéba tenait à ce qu'il soit présent près de son cercueil à côté des siens le jour où il quitterait la terre des hommes, et que le destin qui lui est imposé aujourd'hui l'empêche de réaliser ce vœu si cher à eux deux. Que Soro me permette de douter de ce vœu qu'aurait exprimé celui que l'on appelait aussi le Sphinx de Daoukro.

Venance Konan

Les derniers articles sur YECLO

Written by Venance Konan

La dépouille de Bédié à Daoukro le 26 mai 2024

N’Zuéba : Mystère et coïncidences, la pluie accompagne le dernier voyage de Bédié

Laurent Gbagbo lors d'une réunion du Comité Central du PPA-CI le 13 avril 2024

79e anniversaire de Laurent Gbagbo : le PPA-CI se mobilise