Octobre 2015 à novembre 2019 : « voici les interventions de Ouattara sur sa candidature ainsi que celles de ses lieutenants »

Les interventions du président Alassane Ouattara, d’octobre 2015 au 29 novembre 2019 sur sa candidature, ainsi que celles de ses ministres.

Les gars du Restaurant même si on est fâché avec Boua, on l’aime toujours. C’est notre papa oh ! Mais mais mais… Ne le poussez pas à la faute en l’encourageant à être candidat en 2020. Si vous le faites, c’est que vous ne méritez pas d’être ses enfants.
Si vous le faites, vous allez donner l’occasion aux gens de dire qu’il ne respecte pas ses engagements ainsi que la constitution dont il est le garant.

Voici ses interventions sur sa candidature ainsi que celles de ses lieutenants. Ça va vous donner une idée de la grande faute qu’il va commettre en se portant candidat. Vous dites que Boua n’est pas un menteur ni un boulanger. Donc ne donnez pas raison à ses opposants que nous sommes.

LIRE AUSSI: Hanny Tchelley à Demba Traoré: « Simone a tout donné à un homme, Laurent Gbagbo, à un parti, le FPI »

« Alassane Ouattara (octobre 2015) : « soyez tranquille. Si j’avais pu régler ce que j’avais à faire en un mandat, je n’aurais pas fait un second. Qu’est-ce que cela m’apporte ? La clause sur le quinquennat renouvelable une fois ne sera pas modifiée. J’aurai 78 ans en 2020, ça ne me vient même pas à l’esprit et même si on me le demandait, je ne le ferai pas. Si après trois ou quatre ans, ça va bien, pourquoi ne pas demander à un vice-président de prendre les choses en main » ?

Boniface Ouraga Obou, Président du comité d’experts chargé de la rédaction de la constitution ivoirienne (mars 2016) : « depuis environ quatre mois, j’échange presque au quotidien avec le président de la République. Je puis vous assurer qu’il respectera la Constitution et ne briguera pas un autre mandat ».

LIRE AUSSI: Ouattara : « la lettre du gouvernement à la CPI pour maintenir Gbagbo en prison est de l’intoxication »

Cissé Bacongo (août 2016) : « le Président Ouattara n’est pas intéressé par un 3ème mandat ».

Touré Mamadou, Ministre de la jeunesse (septembre 2016) : « le président Alassane Ouattara n’est pas Laurent Gbagbo, qui dit quelque chose et pense autre chose. Sa conception de la politique n’est pas l’art de la roublardise (…). Il a dit qu’il ne fera pas un 3ème mandat et il ne fera pas un 3ème mandat ».

Alassane Ouattara (janvier 2017) : « à l’occasion de mes 75 ans, ceci m’amène à réaffirmer que les institutions de la République qui seront mises en place très prochainement me permettront de prendre congé en 2020 ».

LIRE AUSSI: « Que cela nous plaise ou non, Ouattara est éligible pour deux mandats de 5 ans »

Alassane Ouattara (novembre 2017) : « à priori, je ne me présenterai pas en 2020 […] En politique, on ne dit jamais non. Attendez 2020 pour connaître ma réponse ».

Alassane Ouattara (février 2018) : « la nouvelle Constitution m’autorise à faire deux mandats à partir de 2020. Je ne prendrai ma décision définitive qu’à ce moment-là, en fonction de la situation de la Côte d’Ivoire. La stabilité et la paix passent avant tout, y compris avant mes principes ».

LIRE AUSSI: « Que cela nous plaise ou non, Ouattara est éligible pour deux mandats de 5 ans »

Cissé Bacongo (juin 2018) : « le président de la République, Alassane Ouattara a pris toute la presse nationale et internationale à témoin de ne pas se présenter à l’élection présidentielle de 2020 (…). Je crois que les Ivoiriens se méprennent sur la personnalité de leur président. Chaque pays à des réalités différentes, notre président a montré et il continue de démontrer qu’il est un homme de parole ».

Alassane Ouattara (janvier 2019) : « vous m’avez dit que vous vouliez que je fasse un troisième mandat. Je vous donnerai ma réponse l’année prochaine ».

LIRE AUSSI: Meurtre à Katiola: un policier prend 10 ans prison et un élément des FACI 20 ans

Alassane Ouattara (février 2019) : « c’est très clair. Je peux me représenter si je le souhaite. C’est une nouvelle Constitution qui a touché non seulement à l’exécutif, avec un poste de vice-président, qui a touché au législatif avec la création d’un Sénat, qui a touché au judiciaire, avec la création de nombreux cours plutôt que des chambres. C’est une toute nouvelle Constitution. Et tous les avis juridiques que j’ai consultés me confirment que si je veux être candidat en 2020, je peux l’être. Et ce serait conforme à la Constitution ».

Alassane Ouattara (29 novembre 2019) : « si ceux de ma génération sont candidats, je le serai aussi ».

Personnalités liées avec l’article