Ouattara de retour à Abidjan: « les choses sont maintenant bien en place pour le métro d’Abidjan »

Les choses sont maintenant bien en place en ce qui concerne le projet du métro d’Abidjan, a indiqué Ouattara, le 10 juillet 2019 de retour à Abidjan.

« Au plan national, nous avons évoqué les dossiers en cours tels que le métro d’Abidjan. Les choses sont maintenant bien en place en ce qui concerne les discussions, l’accord sur les prix et les détails techniques », a déclaré relativement à sa rencontre avec le président français.

Le Métro d’Abidjan est un réseau ferroviaire de transport urbain qui  desservira l’agglomération d’Abidjan comprenant quelque 5 millions  d’habitants.

La  France a accordé à l’Etat de Côte d’Ivoire 1.394 milliard de francs CFA sur la période 2017-2020. Sur cet appui financier, un peu plus des deux  tiers, soit 918,33 milliards de francs CFA devraient permettre de couvrir  l’engagement total pour cette infrastructure ferroviaire.

A LIRE AUSSI : Côte d’Ivoire: Plus de 870 cas d’incendies enregistrés depuis janvier 2019

Pour Alassane Ouattara, cette rencontre avec Macron, s’inscrit dans le cadre de leurs consultations régulières.  « Nous avons évoqué également l’académie internationale de lutte contre le terrorisme où les travaux vont commencer assez rapidement ainsi que d’autres projets d’intérêt national », a relevé le chef de l’Etat.

Alassane Ouattara et le métro d’Abidjan

Poursuivant, le chef de l’Etat a indiqué avoir abordé avec le président français, les questions régionales, notamment la persistance des foyers de tensions et de conflits communautaires dans certains pays de la sous-région.

A LIRE AUSSI : Tentative de « kidnapping de Bamba Moriféré » : un retour « des escadrons de la mort » en Côte d’Ivoire, selon le MVCI

« Nous sommes convenus de continuer de mutualiser nos efforts et nous avons noté leurs préoccupations de tout faire pour que ces difficultés ne s’étendent pas sur le reste du continent », a déclaré Alassane Ouattara.

Le président ivoirien a eu mardi à l’Elysée un entretien de plus d’une heure avec son homologue français , rappelle-t-on.