Pour que Gbagbo soit élu en 2000, il a fallu Guei. Pour Ouattara, il a fallu une force internationale. Qui sait ce qu’il en sera pour Affi ?

L’histoire électorale ivoirienne montre que pour que Gbagbo soit élu en 2000, il a fallu Guei ; pour Ouattara, une force internationale ; qui sait pour Affi ?

Années 90 – Ils avaient dit que Gbagbo n’allait jamais devenir président. Certains, très sûrs de leurs certitudes, avaient juré que le jour où ce « faux type qui a insulté Houphouët » devenait président, ils prenaient leurs clics et clacs pour rentrer dans leur village. Plus tard, Gbagbo est devenu président, ayant tiré profit de la conjoncture politique électorale qui lui a été favorable. Ironie du sort. Il a même pris dans son cabinet celui qui avait juré qu’il rentrerait dans son village si Gbagbo devenait président.

LIRE AUSSI: « La rébellion était une action collective contre Gbagbo et le PDCI l’a soutenue au nom de ses intérêts »

Années 2000 – 2010 : Nous (je suis dedans) étions convaincus que Ouattara n’allait jamais devenir président de la Côte d’Ivoire parce qu’inéligible par une Constitution bouclée et cadenassée. On parlait de verrou électoral. Certains ont juré, sermon écrit sur pancarte, que si Ouattara devenait président ils entreraient en rébellion armée. Les doyens au pouvoir disaient « les petits, restez sereins, c’est géré ».

Ça a été tellement géré qu’un matin, tout à coup, brusquement, Ouattara est devenu éligible. La suite est connue, je nous épargne la douleur des rappels des actes manqués. Cela fait presque 10 ans que Ouattara est président. Je ne sais pas à quel niveau se trouve la rébellion armée de celui qui avait fait le sermon … Vaines paroles.

LIRE AUSSI: Ouattara devant les chefs Baoulé à Yamoussoukro : « il n’y a pas de palabre entre mon aîné Bédié et moi »

Années 2010 – 2020 : Les voilà encore à dire « Affi ne sera jamais président dans pays là. Il va passer par où ? » Comme s’ils avaient déjà tout vu dans la vie, et surtout en politique. Or l’histoire électorale récente de notre pays nous parle. Pour que Gbagbo soit élu en 2000, il a fallu que Guei ait été là et que certaines candidatures aient été rejetées. Pour que Ouattara devienne président, il a fallu des batailles armées et une intervention militaire féroce de forces internationales.

Qui sait ce qu’il en sera pour Affi ? Ce qui semble certain, c’est qu’il n’y aura pas de guerre puisqu’Affi n’a pas d’armée qui se bat pour lui. Mais ça sera dans les urnes. Comment exactement ? Qui vivra verra.

LIRE AUSSI: Rodel Dosso : « une opposition entre Simone et Laurent serait la pire des choses qu’on pourrait souhaiter »

Pour les autres, c’est toujours après qu’ils soient devenus présidents qu’on jette un regard sur les circonstances qui ont permis cela. Donc on attend aussi, quand Affi sera président, on jettera un regard en arrière et on comprendra comment cela est arrivé.

Personnalités liées avec l’article