Présidentielle du 12 décembre 2019 en Algérie: Abdelmadjid Tebboune et Ali Benflis en lice

et ont retiré le jeudi 26 septembre 2019, les formulaires de candidature pour l’élection présidentielle en .

Pour le moment, une quarantaine d’individus ont procédé au retrait des formulaires de souscription des signatures. La nouvelle loi organique relative au régime électoral fait obligation aux candidats à la présidentielle de présenter 50.000 signatures individuelles au moins, d’électeurs inscrits sur une liste électorale.

Ces signatures doivent être recueillies à travers au moins 25 wilayas (provinces). Le nombre minimal des signatures exigées pour chacune des wilayas ne saurait être inférieur à 1 200. Le 15 septembre dernier, le chef de l’Etat algérien par intérim, Abdelkader Bensalah, avait convoqué le corps électoral pour l’élection présidentielle.

A LIRE AUSSI: Bénin: Lionel Zinsou privé d’élections

En guise de garantie pour le bon déroulement des élections, il avait indiqué avoir procédé à la signature de la loi organique relative à l’Autorité nationale indépendante des élections et la loi organique relative au régime électoral. « Ces deux textes ont introduit des changements capitaux et inédits, qui ont touché à l’essence même de la doctrine suivie jusque-là dans notre pays en matière d’élections », avait-il expliqué.

A LIRE AUSSI: Burundi: la date de la présidentielle et des législatives fixée au 20 mai 2020

En dépit de ces assurances, des dizaines de milliers de manifestants algériens descendent chaque vendredi dans les rues de grandes villes, afin d’exprimer leur refus à la tenue de l’élection présidentielle.

Personnalités liées avec l’article