RLE : Le conseil national des droits de l’homme partage ses observations – Actualité ivoirienne 08/07/2020

, 08 juil 2020 – Le (), à l'issue de la (RLE), a fait part de ses observations mercredi à son siège à Abidjan, à la presse.

Sa présidente, Namizata Sangaré, a indiqué que sa structure a conduit une mission d'observation du processus dans 340 centres d'enrôlement dans le et 2 292 dans les 31 régions administratives, soit un total de 2 632 sur 10 848 centres installés par la commission électorale indépendante ().

Elle a expliqué que sur le déroulement de l'opération, la mission a constaté que l'opération de la RLE  s'est déroulée du 10 au 24 , avec deux prorogations respectivement les 25 au 30 juin  et 1er au 05 juillet 2020 dans un climat général apaisé dans les centres visités. « Aucun incident majeur n'a été observé ni porté à l'attention des équipes d'observateurs du CNDH », a-t-elle indiqué.

Les centres d'enrôlement visités sur l'ensemble du territoire national par ses équipes ont ouvert et fermé aux heures légales (7h30-17h30) de façon générale. « Toutefois, le CNDH a observé de légers retards dans certains centres », a relevé Mme Sangaré.

La Mission a noté que, dans la plupart des cas, les centres d'enrôlement disposaient à temps et en quantité suffisante du matériel d'enrôlement composé essentiellement de tablettes biométriques, de fiches journalières des inscrits et de formulaires d'inscription. Le personnel avait de façon générale, une maîtrise du matériel d'enrôlement.

Cependant, la mission a constaté dans un centre du district d'Abidjan une disparité entre les fiches journalières en usage et celles utilisées dans d'autres centres. Elle a noté l'insuffisance de formulaires de certificats de résidence és à l'opération pour les requérants de la égorie 1 qui souhaitaient changer leur lieu de vote, au commissariat du 29ème arrondissement, au quartier Biafra, dans la commune de , a-t-elle indiqué.

« Ces obstacles à la participation des personnes concernées par l'opération sont constitutifs de violation de leurs droits », a estimé Namizata Sangaré. Selon elle, la liste des centres d'enrôlement sur le territoire national a fait l'objet d'une large diffusion par la CEI. « Toutefois, la mission a constaté que les centres d'enrôlement installés à Clotchia 1, 2 et 3 n'offraient aux requérants aucune garantie de sécurité », a relevé la présidente du CNDH.

Mme Sangaré a déploré l'absence quasi-générale des forces de défense et de sécurité dans les centres d'enrôlement visités, relevant toutefois qu'aucune perturbation entachant globalement l'opération n'a été relevée par ses équipes.

Selon Namizata Sangaré, la morosité constatée au démarrage de l'opération a nécessité un appel des partis politiques et des organisations de la société civile à la CEI, pour une prorogation de la date butoir. Les partis politiques, le CNDH et les organisations de la société civile se sont investis dans la sensibilisation et la mobilisation des populations pour une participation massive à l'opération, a-t-elle indiqué.

La Mission a observé une implication active des organisations de la société civile, des chancelleries et des partis politiques dans l'observation de l'opération. Ce qui concourt à la transparence du processus et au renforcement de sa crédibilité, a estimé la présidente du CNDH.

Namizata Sangaré a relevé que les observateurs du CNDH n'ont observé aucun empêchement d' pour quelque cause que ce soit. Les centres d'enrôlement étaient généralement accessibles aux personnes en situation de handicap, a-t-elle conclu.

La RLE en vue des prochaines élections présidentielles et générales en 2020 et 2021 en Côte d'Ivoire s'est déroulée du 10 juin au 05 juillet 2020 avec deux prorogations.

gak/

Written by Yeclo avec AIP

Affaire Yodé et Siro : voici la réponse du gouvernement

Le gouvernement décide de la création de la réserve naturelle d’Aghien – Actualité ivoirienne 08/07/2020