« Si Gbagbo ou Bédié veulent se réconcilier avec Ouattara, ils ont son numéro, qu’ils l’appellent »

Réconciliation entre leaders politiques notamment entre Ouattara, Gbagbo et Bédié. C’est le thème de la chronique de Doumbia Major.

La réconciliation entre Gbagbo et Ouattara ou la réconciliation entre Bédié et Ouattara qui sont des concurrents qui veulent chacun le même poste et qui se font des croques-en-jambe ou qui tissent des alliances les uns contre les autres, à quoi à avoir avec la réconciliation entre les ivoiriens ?

Est-ce que Digbeu n’achète pas de l’huile au marché à Diaby parce qu’il est d’une ethnie différente ? Est-ce que le jour de Noël Ahmed Koné et Franck Kouassi ne se retrouvent pas en boîte de nuit pour faire le show ensemble ? Est-ce que Isabelle Konan a renié son fils qu’elle a eu avec Dakoury ou celui qu’elle a eu avec Dosso ?

LIRE AUSSI: « Quand Ouattara envoie un courrier pour demander de garder Gbagbo en prison ce n’est pas une preuve de force mais de peur »

Il ne faut pas confondre la réconciliation des acteurs politiques qui lancent réciproquement des peaux de bananes sous les pieds de leurs adversaires, avec la réconciliation des ivoiriens ? Si Gbagbo veut se réconcilier avec Ouattara, il a son numéro, il va l’appeler directement pour qu’ils en parlent. Idem pour Bédié qui lui aussi a le numéro d’ADO. Quand les gens ne s’entendent pas sur le partage des richesses du pays ou sur le partage du pouvoir, ils sortent pour dire que le pays n’est pas réconcilié.

LIRE AUSSI: Après Soro, Isabelle Bédié privée de passeport

Quand Bédié était d’accord avec Ouattara pour gérer le pouvoir, pour lui « Gbagbo était bien à sa place à la Haye ». Voici des gens qui prennent leurs problèmes personnels d’appétit pour l’argent, les postes de nomination ou d’appétit du pouvoir, pour des problèmes nationaux.

LIRE AUSSI: Affaires et secrets d’Etat en Côte d’Ivoire: « le jour où Guillaume Soro parlera »

Quand vous recevez vos rentes viagères pharaoniques cumulées inéquitables et immorales, vous partagez avec quel citoyen de votre ethnie ? Pourtant vos propres compatriotes toutes ethnies confondues vivent avec des salaires misérables et des retraites indignes.

Les paysans et agriculteurs de ce pays, sur l’effort desquels repose l’économie de ce pays, n’ont droit ni à l’assurance santé ni à des allocations de retraite, dans l’indifférence totale de ces hommes politiques, pour qui seuls leurs intérêts personnels comptent.

Personnalités liées avec l’article