Soro fait les éloges de Gbagbo à Londres devant la Chatham House et traite Ouattara de dictateur

Le président de GPS, Guillaume Soro, était le vendredi 8 novembre 2019 devant la Chatham House, à Londres où il s’est prononcé sur la et sur Ouattara.

Intervention de , devant la Chatham House à Londres

En réalité, de toutes mes forces, avec mon mouvement Générations et Peuples Solidaires et nos alliés, je me bats pour que mon pays ne replonge pas dans la tragédie ! Et je suis venu vous parler afin d’en appeler à chacune et chacun d’entre vous, car vous êtes issus d’une Grande Nation spirituelle, qui connaît les souffrances du Pauvre, de la Veuve, de l’Orphelin et de l’Etranger !

Voilà pourquoi je suis candidat à l’élection présidentielle 2020 en Côte d’Ivoire :

1. Parce que j’aime mon pays et que j’ai perçu son attente de réconciliation, de justice et de prospérité partagée pour tous ses ressortissants ;

2. Parce que je ne puis me résoudre à voir la moitié de mes compatriotes croupissant dans la misère, alors que les gouvernants osent présenter notre pays comme un miracle des dieux ;

3. Parce que le combat que j’ai engagé depuis mon adolescence, avec mes compagnons de lutte, pour la justice, l’Etat de droit, le pluralisme politique et la démocratie réelle en Côte d’Ivoire mérite d’être poursuivi et consolidé par l’instauration d’institutions véritablement justes et efficaces

4. Parce que je crois au génie des jeunes, des cadres, des femmes, des paysans, des ouvriers, des hommes d’affaires, des intellectuels en tous domaines, des ingénieurs, des amis de la Côte d’Ivoire et parce que je pense qu’un cadre assaini, une proactivité redoublée peuvent placer ce pays au pinacle des succès ;

LIRE AUSSI: Gouali Dodo: « le Président Ouattara peut faire sortir Gbagbo de la CPI »

5. Je suis candidat à l’élection présidentielle de 2020 pour mettre fin aux pressions migratoires sauvages qui partent chaque année de mon pays la Côte d’Ivoire, pour trouver des solutions originales au fléau du chômage, pour stopper la dévastation écologique en cours dans mon pays, pour moderniser notre système éducatif et professionnel, pour transformer l’agriculture ivoirienne en un secteur optimalement performant, pour aider à l’émergence des champions économiques ivoiriens et de multinationales ivoiriennes à travers l’Afrique et le monde, pour héberger dans mon pays les capitaux les plus innovants et y enraciner une économie vivante de la connaissance ;

LIRE AUSSI: Mamadou Koulibaly: « on ne laissera pas des gens devenir président avec 1 300 000 voix alors qu’il y a 12 millions de probables électeurs »


Oui, je suis candidat à l’élection présidentielle de 2020 en Côte d’Ivoire parce que je crois que mon pays mérite de tourner la page critique et agitée des héritiers et opposants de l’ordre politique ancien, qui a fait son temps, et parce que je sais que l’heure de faire la politique autrement, en impliquant activement le peuple des citoyens a sonné !

Mesdames et messieurs,

En cette Chatham House, je suis venu vous demander de prendre une part active dans la sauvegarde de la paix dans mon pays. Je suis venu vous demander d’aider mon pays à s’enraciner dans la démocratie et le respect de la souveraineté du Peuple, au lieu d’assister passivement à sa descente aux abîmes de la dictature qui s’y aggrave chaque jour.

Une élection présidentielle aussi cruciale que celle de 2020, ne peut pas se dérouler sous la confiscation de l’institution électorale et de l’institution judiciaire par l’actuel Président de la République, M. !

Rendez-vous compte que même le Président , ancien Chef de l’Etat ivoirien, actuellement en procès à la Cour Pénale Internationale à La Haye, avait accepté une Commission Electorale Indépendante consensuelle, dirigée par un opposant à son régime !

LIRE AUSSI: Bédié candidat: voici ce qui va faire gagner le PDCI en 2020

Rendez-vous compte que c’est tout le modèle électoral ivoirien conçu, soutenu, subventionné avec l’appui de la Communauté Internationale qui est aujourd’hui en péril ! N’est-il pas impératif de ne pas laisser détruire un modèle de certification électorale qui a coûté des millions d’euros aux contribuables de vos pays d’Europe et du Royaume-Uni ?

La Commission Electorale actuelle va brûler la Côte d’Ivoire et tous ceux qui, de près ou de loin, auront cautionné par leur inaction un tel forfait porteront la terrible responsabilité du sang, de la sueur et des larmes des populations de mon pays ! Ne soyons pas des médecins après la mort, encore moins des pompiers pyromanes. Défendons la démocratie, soutenons un processus démocratique équitable, sauvons ensemble l’avenir du Peuple ivoirien !

LIRE AUSSI: Kalifa Tokpa: « Soro a dégainé trop tôt alors que son arme n’avait pas de munitions »

Pour qu’il y ait une véritable élection présidentielle dans mon pays, la Côte d’Ivoire, il faut de toute urgence retirer le contrôle absolu du processus électoral des mains du Président Ouattara et de l’actuelle Commission Electorale soumise à ces ordres.

Avec votre soutien, cet objectif est atteignable. Notre Peuple, notre mouvement Générations et Peuples Solidaires, l’ensemble des Forces de l’Opposition Politique Ivoirienne et moi-même, espérons pouvoir compter dès ce jour sur votre engagement actif pour la sauvegarde de la stabilité, de la paix, de la justice, de la prospérité et de l’espérance en Côte d’Ivoire !

Personnalités liées avec l’article