« Soroïstes, la rétribution de votre rébellion ! »

L’internaute Pensées Plurielles décrypte l’agression de l’activiste pro-Soro, Soumahoro Ibra et laissé pour mort, le mercredi 26 février 2020 à Paris.

On le constate tous que les Soroïstes en général traversent en ce moment une période très difficile, à peu près similaire à ce que leur rébellion a fait aux Ivoiriens depuis 2002.

En effet, pendant qu’après 6 mois d’incarcération de 15 d’entre eux, dont le tristement célèbre ministre Alain Lobognon qui a avait osé en son temps se moquer de l’arrestation très prochaine de l’éternel des armées après qu’il s’est réjoui de l’arrestation quelque jours avant du président Gbagbo et de son fils Blé Goudé, dont Soul to Soul qui lui aussi s’est rendu célèbre en 2011 pour avoir confectionné un cercueil sur lequel il avait inscrit « Gbagbo » le présentant au commandement de l’ONUCI avec fierté ironie cynisme, etc.

On apprend aujourd’hui que l’activiste Soumahoro Ibra, qui avait interpellé le ministre ivoirien des bœufs et des poissons Kouassi Adjoumani au Salon de l’agriculture à Paris il y a 2 jours, a été agressé ce matin et laissé pour mort par des militants du RDR-RHDP leurs anciens alliés.

LIRE AUSSI: Voici le programme des obsèques des enfants du ministre Laurent Tchagba

Nous le disons toute de suite qu’il s’agit là d’un acte hautement irresponsable et antidémocratique qui n’honore pas Dramane et encore moins la Côte d’Ivoire, mais surtout vient confirmer que nous sommes bien dans un régime dictatorial violent sanguinaire totalitaire et autocratique, bien sûr que nous dénonçons au FPI depuis plusieurs années et que constate comme par enchantement les Soristes que très récemment.

LIRE AUSSI: Gnamien Konan : « le RHDP finance les CNI de leurs militants à partir de leurs caisses noires, c’est monstrueux »

Ibra relève toi vite frère, il nous reste que 8 mois pour aller aux élections, tu n’as pas droit à une convalescence, il nous faut réparer vos bêtises que vous avez créées dans le pays en installant Dramane au pouvoir au prix du sang de vos frères ivoiriens. Merci !

Personnalités liées avec l’article