« Sous Ouattara, les Libanais giflent mais sous Gbagbo, ils tuaient et ça n’allait pas quelque part »

Johnny Patcheko, le nouveau pro-Oauttara, condamne le geste du Tunisien gifleur du policier ivoirien. L’agresseur a d’abord été pris pour un Libanais.

Le MPA condamne avec la dernière énergie l’agression d’un représentant de la loi dans l’exercice de ses fonctions, par un citoyen libanais vivant sur le sol ivoirien, et invite les autorités ivoiriennes à prendre toutes les mesures idoines pour que tous se soumettent à la loi.

Sous Ouattara les libanais giflent, mais sous Gbagbo ils tuaient et ça n’allait pas quelque part.

Johnny patcheko

Quant à la récupération à deux balles de nos opposants aux fusils, je vous rappelle que c’est sous Gbagbo qu’un libanais a tiré à bout portant sur une fillette à Marcory, au point de lui donner la mort. C’est Blé la machette lui-même qui a dit aux ivoiriens à l’époque de se retourner et de laisser le libanais en question tranquille, alors que ceux-ci depuis le pont Houphouët Boigny dans une colère atroce convergeaient tous à Marcory pour demander des comptes.

LIRE AUSSI: Séka Séka très malade en prison : sa sortie pour des soins sera-t-elle autorisée ?

Sous Ouattara les libanais giflent, mais sous Gbagbo ils tuaient et ça n’allait pas quelque part. Mais sachez que si le président Ouattara a fait séjourner Sam le Libanais à la Maca pour indiscipline notoire à l’autorité, ce n’est pas un Libanais zélé qui échappera à la rigueur de la loi. Calmez-vous donc, car le pays est dirigé. ADO va régler ça

•RHDP 2050 ça chauffe même pas•

Personnalités liées avec l’article