Yopougon Gesco : Des individus attaquent un « agora » de militants pro-Gbagbo

Attaque D'un "agora" pro-Gbagbo

Le parlement Assoa Adou de Yopougon Gesco a été attaqué par des individus non encore identifiés. L’on dénombre plusieurs blessés avec beaucoup de dégât matériel. C’était un sauve-qui-peut en cette soirée du samedi 1er septembre 2018 dans le sous quartier de Gesco de la plus grande commune de Côte d’Ivoire.

Cet espace selon son animateur, Kouadio N’Da par ailleurs président de la coordination FPI de Béoumi, est un espace de libre expression et d’échange sur les questions de l’actualité sociopolitique. Ce parlement pro-Gbagbo (tendance Aboudramane Sangaré) a été créé le samedi 25 août 2018, quelques jours après la libération de Simone Gbagbo, d’Assoa Adou et de Lida Kouassi.

Une semaine après son ouverture, tout a été mis à sac. Les chaises, les pancartes et autres matériels ont tous été saccagés. A en croire ‘’les parlementaires’’, l’on dénombre plusieurs blessés. Les animateurs de cet espace pointent le RDR d’un doigt accusateur : « lorsqu’on est à court d’arguments, voilà ce que ça donne. Ah le RDR pour ne pas dire le RHDP unifié qui n’est qu’une couverture du RDR ».

Une enquête a été ouverte. Faut-il le rappeler, le président de la coordination FPI de Béoumi, Kouadio N’Da est très actif ces derniers temps. En effet, après, le meeting du FPI tenu le mercredi 11 juillet 2018 à Béoumi, il a pris part au quatrième congrès ordinaire organisée au sein de la résidence privée de Simone Ehivet Gbagbo à Moossou du vendredi 3 au samedi 4 août 2018.

A lire aussi : Simone Gbagbo : « La sortie de prison de Gbagbo est certaine »

Si les responsables du « parlement » qui porte le nom de l’ex-ministre de Laurent Gbagbo, en détention à La Haye accusent le RDR, ce parti lui, s’en défend. Issiaka Bamba, membre de la coordination du Rassemblement des jeunes républicains (RJR) de Yopougon s’inscrit en faux. « Les gens n’ont pas compris que les temps ont changé. Le RDR n’a rien à voir avec ça. S’ils ont été attaqués, c’est sans doute par rapport à leur propre division interne ou alors, ce sont les jeunes du quartier qui se sont organisés pour empêcher que le FPI vienne encore semer la haine dans leur quartier, comme il l’a fait par le passé ».

Karina Fofana

Assoa Adou révèle : « Une nuit, on a voulu nous assassiner Lida et moi »

Personnalités liées avec l’article