45e session de l’APF à Abidjan: des députés demandent la délocalisation de l’événement

Craignant le pire, des députés ivoiriens ont souhaité ce mardi 18 juin 2019, la délocalisation de la 45è session de l’APF prévue en juillet Abidjan.

« Nous souhaitons que cette 45è session de l’APF ne se tienne pas à Abidjan. Nous craignons le pire et des dérapages au regard de ce qui s’est passé à Rabat au Maroc lors de la 27è Assemblée régionale Afrique », a dit dans une conférence de presse  Gnangadjomon Koné,  le président de cette section.

Selon le député Gnangadjomon Koné qui a co-animé cette conférence avec plusieurs autres députés proches de l’ex-président du parlement ivoirien Guillaume Soro dont Loukimane Camara et Trazeré Célestine, au moins deux raisons justifient leur souhait de voir délocaliser ces assises de l’APF.

« Nous souhaitons que cette 45è session de l’APF ne se tienne pas à Abidjan. Nous craignons le pire et des dérapages au regard de ce qui s’est passé à Rabat au Maroc lors de la 27è Assemblée régionale Afrique »

Des députés demandent la délocalisation de la 45è session de l'APF à Abidjan

« Premièrement, nous voulons cette délocalisation pour préserver l’image de notre pays au regard de ce qui s’est passé à Rabat. Nous estimons que nous tendons vers des scènes de violences pendant ces assises. La deuxième raison, c’est que si l’APF tient cette 45è session à Abidjan, c’est comme si elle soutenait le déni de démocratie au sein de notre Assemblée nationale», a expliqué M. Koné, député de Dianra dans le Nord ivoirien.

A LIRE AUSSI : Côte d’Ivoire: les députes de l’opposition félicitent l’APF pour le respect des textes

« Notre Assemblée nationale est prise en otage par l’exécutif… Nous avons peur pour nos vies», a indiqué Mme Trazeré. « Nous nous donnerons tous les moyens pour que cette 45è session de l’APF ne se tienne pas à Abidjan », a conclu pour sa part Gnangadjomon Koné, le conférencier principal.

Depuis début juin dernier, une crise secoue la section Côte d’Ivoire de l’Assemblée parlementaire de la francophonie (APF). Le nouveau président de l’hémicycle ivoirien, Amadou Soumahoro a saisi le bureau de l’APF à l’effet de déchoir son prédécesseur Guillaume Soro du titre de premier vice-président de cette institution qu’il occupe depuis 2017.

A LIRE AUSSI : APF: le message de Guillaume Soro après sa victoire

Des députés demandent la délocalisation de la 45è session de l'APF à Abidjan

Une requête à laquelle semble n’avoir pas encore répondu favorablement cette institution. Le week-end dernier à Rabat au Maroc où s’est tenue la 27è Assemblée régionale Afrique de l’APF, deux délégations se sont  présentées à cette rencontre au nom de la Côte d’Ivoire. L’une conduite par M. Soumahoro et l’autre conduite par M. Soro créant ainsi une ambiance délétère lors de ces assises. De retour à Abidjan après ce conclave, la polémique continue d’enfler au sujet de la participation ou non  de M. Soro à cette Assemblée régionale.

Personnalités liées avec l’article