Côte d’Ivoire: 66% des garçons ont subi des rapports sexuels forcés pendant l’enfance

Selon l’enquête sur les violences faites aux enfants – en Côte d’Ivoire, les garçons sont les plus susceptibles d’être victimes de violence physique.

« Les données préliminaires révèlent qu’en Côte d’1Ivoire, 66% des garçons ont subi au moins une forme de violence pendant l’enfance. Il ressort également que les rapports sexuels forcés sont le type de violence sexuelle le plus répandu, a fait savoir lundi, , au lancement des activités du plan de réponse de l’enquête VACS, à Marcory (Abidjan).

Selon lui, les conclusions de cette étude permettront d’élaborer des programmes de préventions et des politiques publiques plus ciblés et mieux éclairés, en vue de renforcer le système de protection de l’enfant en Côte d’Ivoire.

« Les données préliminaires révèlent qu’en Côte d’1Ivoire, 66% des garçons ont subi au moins une forme de violence pendant l’enfance »

« Les enfants subissent encore des violences qui impactent négativement leur état de santé psychique et physique. Pour pallier cela, il s’avère nécessaire pour l’état de Côte d’Ivoire, de définir des stratégies plus efficaces à travers un plan de réponse en vue d’éradiquer ce phénomène qui entrave le bon développement et l’épanouissement de notre jeunesse », a relevé Thiam Assane.

A LIRE AUSSI : Réunion Apf au Maroc: voici pourquoi Soro a été « éconduit par les services de la police marocaine »

Il a appelé à la vigilance et à plus d’engagement de la part des familles, des pouvoirs publics, secteur privé, organisations de la société civile, des leaders communautaires et religieux.

Enquête VACS en Côte d’Ivoire

Pour la Chargée d’affaires de l’ambassade des Etats-Unis en Côte d’Ivoire, Kathérine Bruker, il est impératif  pour le gouvernement ivoirien d’identifier rapidement le financement nécessaire pour la mise en œuvre complète du plan de riposte.

« Il ressort également que les rapports sexuels forcés sont le type de violence sexuelle le plus répandu »

« Avec les données sur la prévalence nationales et les facteurs de risque de la violence contre les enfants, la Côte d’Ivoire sera en mesure de planifier, budgétiser, de mettre en œuvre et d’évaluer les programmes liés au VIH et à la protection des enfants », a-t-elle indiqué.

A LIRE AUSSI : Côte d’Ivoire: les députes de l’opposition félicitent l’APF pour le respect des textes

L’enquête VACS a été réalisée sur la période d’avril à septembre 2018 auprès des ménages. Cette étude qui est la première du genre en Côte d’Ivoire, a porté sur 2.408 adolescents dont 1.208 garçons.

Personnalités liées avec l’article