San Pedro : Des agents zélés de la Sodefor saccagent l’école primaire d’Adamandougou

Le mercredi 23 mai 2018, le petit village situé à 90 km de dans la sous-préfecture de a connu une ambiance particulière. En cause : l’école Adamandougou saccagée.

Les élèves de l’école primaire d’Adamandougou ne vont plus à l’école. Situation orchestrée par Touré et deux de ses collègues qui seraient tous agents des eaux et forêt. Meubles et toiture saccagés les élèves sont dans la rue.

Adamandougou est un village de la sous-préfecture de Boba, situé à 90 km de San Pedro.  Le mercredi  23 mai 2018 dernier, l’école de ce petit village a connu une ambiance particulière. Arrivés sous un soleil de plomb, kalachnikov et machette au poing, un agent se présentant comme envoyé par la (répondant au nom de Touré) et accompagné de deux agents en treillis des eaux et forêts, ils ont fait irruption dans l’école. Notre source indique que dès leur arrivée, ils se sont mis à saccager les meubles des salles. Après quoi, ils se sont retrouvés sur la toiture.

’’ Toutes les feuilles de tôle qui s’y trouvaient ont été vandalisées. Exposant ainsi nos enfants au soleil et à la pluie’’ s’est il offusqué.

Raison évoquée par Touré, le site du village se trouve dans une zone de forêt classée. ‘’ Or le village existe il y a 40 ans de cela’’ avant de reconnaitre qu’ils vivent en parfaite harmonie car ils n’ont jamais été inquiétés par la Sodefor.

‘’C’est d’ailleurs en cela que l’Etat a affecté des enseignants dans notre établissement. L’Etat a également construit une officine sanitaire dans le village d’à côté’’ a t il fait savoir.

Pour lui, le comportement de cet agent véreux est un abus car il n’est mandaté par aucun de ses supérieurs. Il affirme que l’école est construite par les villageois afin de palier à la longue distance que les enfants parcouraient pour rejoindre situé à  1,5 km.

Lire aussi : Côte d’Ivoire : « La qualité de l’enseignement plus faible dans le privé que dans le public » (IE)

Notre source atteste que l’agent véreux ne serait pas à son premier forfait.  ‘’ La première fois où il est arrivé, le chef de village par ailleurs chef de terre  Victor Nimlin a rendu compte aux autorités locales qui l’auraient sermonné. Mais rien n’a changé. Face à ce climat d’insécurité, les enseignants ont décidé de fermer l’école jetant ainsi les élèves dehors.

Salifou Ouattara

Lire aussi

Malgré l’école gratuite en Côte d’Ivoire, 30% des enfants de 6 à 11 ans, ne vont pas à l’école