69 jours ou le temps des assassins : un documentaire pro-RHDP ressuscité à la veille du procès Gbagbo à la CPI

Gbagbo, Bensouda et Blé Goudé

69 jours ou le temps des assassins : le documentaire de Jérôme Pin décrypté par Nathalie Dasilva, à la veille du procès Gbagbo à la CPI, à la Haye.

Ce reportage de 58 minutes sur les 69 jours après le 19 septembre 2002 est édifiant. On apprend énormément de choses sues, mais tues jusque-là. En effet, M. Akindes, sociologue qui témoigne dans ce documentaire, nous dit qu’on avait affaire à Bouaké, donc chez Guillaume Soro, a une « rébellion civilisée qui protégeait et donnait à manger aux populations ».

Toutefois, une chose que je déplore, c’est que Dramane ait voulu se dédouaner de la rébellion. Or, Koné Zakaria nous a bien expliqué son rôle, ainsi que celui d’IB qui ne l’avait pas prévenu de l’attaque du 19 septembre 2002. Raison pour laquelle Zakaria nous a dit qu’IB le « paierait chèrement ». C’est clair dans l’esprit des Ivoiriens que Dramane est le père de la rébellion et le commanditaire du putsch contre Bédié en 99. Nous ne demandons que des enquêtes soient ouvertes, comme il l’avait promis durant la campagne de 2010.

LIRE AUSSI : Commandant Koné Dramane à la MACA : Pourquoi seulement les pro-Soro qui sont poursuivis pour complot contre l’autorité de l’Etat ?

Nous remarquons également dans ce reportage que la présence de Guillaume Soro, parti secourir Dramane et sa famille, au péril de sa vie, a été savamment occulté.
Pourtant, nous savons pertinemment que blessé dans la bataille, c’est Dominique Ouattara qui lui a administré les premiers soins.

Au niveau socio-politique, faisons une comparaison entre ce que nous apprenons dans le reportage et ce que nous vivons actuellement. Si l’on se met dans le contexte actuel donc, remplaçons les noms de Gbagbo et les siens par ceux de Dramane et les siens. On se rend compte que ce sont exactement les mêmes ingrédients qui étaient réunis hier, qui le sont aujourd’hui. Les similitudes sont surprenantes :

LIRE AUSSI : « Notre pays est dans une zone de turbulences, sur un terrain miné »

  • la LMP est aujourd’hui le RHDP.
  • Les escadrons de la mort dits de Simone Gbagbo sont aujourd’hui ceux de Photocopie.
  • L’instrumentalisation de l’armée pour éliminer les opposants sous Gbagbo ou décapiter leurs partis est aujourd’hui la même sous Dramane.
  • La Presse bleue incendiaire du FPI est aujourd’hui remplacée par celle du RHDP avec Le Patriote, L’Essor, L’intelligent d’Abidjan, Le Matin, etc.

LIRE AUSSI : Casse de la BCEAO à Bouaké : « le Ministre Amadou Koné est le seul au sein des Forces nouvelles à avoir refusé sa part d’argent »

  • le rôle des organes de presse étatiques n’a pas changé. Ils sont encore à la solde du Pouvoir.
  • Le rôle de Venance Konan, DG de Fraternité Matin, qui est d’alimenter la haine, reste inchangé que ce soit sous Bédié, sous Gbagbo, sous Guéï et Dramane.
  • La chasse aux opposants sous Gbagbo et Bédié est la même sous Dramane.
  • L’acharnement contre l’opposant Dramane hier par le régime de LMP, est exactement le même acharnement du RHDP contre l’opposant Soro aujourd’hui.

LIRE AUSSI : Soro ou Ouattara ? Qui est le vrai père de la déstabilisation du 19 septembre 2002 en Côte d’Ivoire ?

  • L’exil forcé de Dramane sous Gbagbo est le même aujourd’hui de Soro sous Dramane.
  • L’achat des consciences sous Gbagbo pour intégrer la LMP est appliqué à la lettre aujourd’hui sous Dramane pour l’adhésion au RHDP.
  • L’instrumentalisation de la jeunesse (jeunes patriotes) sous Gbagbo, est la même sous Dramane avec les microbes et gnambros.
  • Etc.

Il me paraît évident aujourd’hui, que tout comme hier avec Gbagbo, le règne de Dramane finira dans le sang et il sera chassé du pouvoir. Si avec ce vieux reportage de 2018, Dramane et son RHDP pensaient incriminer Gbagbo à la veille de son procès et se dédouaner de la rébellion, ils se sont tirés dans le pied, car ils ont mis au grand jour, la face hideuse de leur régime.
Pour que chacun se fasse sa propre idée, suivez le documentaire.

Personnalités liées avec l’article