Amadou Gon à propos du procès Gbagbo à la CPI : « c’est une question de justice, nous n’interférons pas »

Face au procès de Gbagbo à la CPI, Amadou Gon a déclaré le 20 février 2020 que le gouvernement n’interfère pas dans les positions de justice.

Les avocats de l’Etat ivoirien avaient réaffirmé, le 6 février, leur opposition à la fin des conditions de liberté accordées au président Laurent Gbagbo et Blé Goudé. Pour lui, ces avocats ont pris simplement leurs responsabilités dans cette affaire judiciaire.

Selon Amadou Gon, le Côte d’Ivoire ne pouvait pas s’absenter à ce procès, étant concernée par les tueries de masse opérées durant la crise post-électorale 2010 – 2011. “C”est une question de justice, nous n’interférons pas”, a-t-il affirmé.

LIRE AUSSI: Affaire Soro, Ouattara sans détour : « les faits sont là, il n’y a pas de doute sur le projet de déstabilisation »

Laurent Gbagbo et Blé Goudé avait réclamé, à ce procès, leur libération sans conditions en attendant l’appel du parquet contre son acquittement devant la Cour pénale internationale (CPI), lors de l’audience devant la Chambre d’appel de cette institution.

LIRE AUSSI: Pourquoi Ouattara doit faciliter le retour de Gbagbo et Blé Goudé avant la présidentielle

Désormais acquittés, Laurent Gbagbo et Blé Goudé, dont les affaires ont été jointes en 2015 devant la CPI, étaient accusés de quatre chefs d’accusation de crimes contre l’humanité, à savoir, meurtres, viols, persécutions et autres actes inhumains.

Personnalités liées avec l’article