Côte d’Ivoire : La Cosefci décrète la grève illimitée à l’école, en dépit du gel des comptes des enseignants

Pacôme Attaby et les responsables de la Cosefci maintiennent le mot d'ordre de grève à l'école

La Coordination des syndicats du secteur éducation-formation de Côte d’Ivoire (), par la voix de Pacôme Attaby, son porte-parole a décidé de reconduire son mot d’ordre de grève, ce samedi 16 mars 2019, en l’absence selon elle, d’interlocuteur crédible à répondre à leurs revendications, au sein du gouvernement.

Le directoire de le Cosefci, a eu plusieurs rencontres. Le 07 mars 2019, il a rencontré les mamans médiatrices de Côte d’Ivoire. Cette rencontre a été présidée par madame Porquet Salimata. Les 08 et 09 mars 2019, le médiateur de la république monsieur Adama Tounkara, a rencontré le directoire. Le 14 mars 2019, le directeur a rencontré monsieur le directeur de cabinet de madame le ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle.

Ce même jour, le directoire a rencontré le groupement des associations de parents d’élèves et étudiants de Côte d’Ivoire. En effet, toutes ces personnalités et institutions qui ont rencontré le directoire, ont plaidé en faveur de la suspension du mot d’ordre de grève de la Cosefci.

A lire aussi : La Cosefci et le Synet aux enseignants du primaire et du secondaire : « Resserrez les rangs face aux intimidations »

En plus de ces rencontres, le directoire a adressé plusieurs courriers et plaintes aux organisations de la société civile, au BIT et à divers tribunaux pour dénoncer l’attaque perpétrer contre nos camarades de Bouaké par des individus non identifiés, l’incendie des motos de nos camarades de Bouaké, le gel des comptes des enseignants de Côte d’Ivoire, des arrestations et emprisonnement de nombreux syndicalistes.

A l’analyse des différentes rencontres qui n’ont pas apporté d’éléments nouveaux à la satisfaction de nos revendications, vu la volonté manifeste du gouvernement de faire fi de nos revendications, vu l’emprisonnement illégal de nos camarades de Man et d’Anyama, vu le gel totalement illégal des comptes bancaires des enseignants de Côte d’Ivoire, vu l’arrêté ministériel référencé 0041/ MENET/CAP, pris par le ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle le 12 mars 2019, interdisant le droit syndical aux directeurs d’écoles primaires, vu l’absence d’interlocuteur crédible à répondre aux revendications de la Cosefci, le directoire décide :

Conformément aux résolutions de l’assemblée générale extraordinaire du 06 mars 2019, de continuer la grève sur toute l’étendue du territoire national. En conséquence, le directoire invite tous les enseignants de Côte d’Ivoire à garder les classes fermées et à ne céder à aucune manœuvre d’intimidation d’où qu’elle vienne. Le directoire rappel tous les directeurs locaux de la Cosefci a poursuivre efficacement  les actions de ré-mobilisation.

Personnalités liées avec l’article