Crise à Fraternité Matin : La direction générale refuse de suivre les recommandations du CNDS

Fraternité matin
Fraternité matin

Le Conseil national du dialogue social (CNDS), réuni en session extraordinaire les 18 et 19 septembre 2018, a statué sur la situation qui prévaut au sein de la Snpeci, éditrice du journal pro-gouvernemental, .

Ainsi, l’organe chargé de la promotion du dialogue social recommande : « La mise en place d’un cadre de concertation tripartite (employeur, travailleurs, gouvernement) présidé par le gouvernement ». Le CNDS recommande en outre que, le cadre de concertation connaisse d’une part la gestion de la mesure de départ négocié, et de celle portant sur le licenciement collectif pour motif économique, d’autre part.

A lire aussi. Fraternité Matin : Où sont passés les 900 millions FCFA du plan social ?

Et que l’employeur verse audit cadre, toutes les informations portant sur ces deux procédures pour en faciliter la gestion. L’organe dirigé par Bernard N’doumi, entend également prendre pleinement part aux travaux de ce cadre de concertation.

Ces recommandations qui datent du 24 septembre dernier et qui font suite à la saisine, le 27 août 2018, du Conseil national du dialogue social (CNDS) par le collectif des délégués de Fraternité Matin et trois syndicats (CJDD-FM, SYNAFRATMAT, SYLEFRATMAT) relativement à la mise en œuvre du plan social de la Snpeci, n’ont pas encore connues un début d’exécution.

La direction générale de Fraternité Matin conduite par Venance Konan, qui a reçu copie desdites recommandations, traîne encore. Alors que les partenaires sociaux espèrent la mise en place dudit cadre. Les travailleurs encouragent la direction générale à s’inscrire dans ces résolutions. « La mise en œuvre du plan social retient l’attention des travailleurs qui sont démotivés dans leur ensemble.

La direction générale doit initier ce cadre pour que de façon transparente, nous puissions évacuer la question », souhaite Marc Yevou, Coordonnateur de la Coordination des journalistes et professionnels de la communication de Fraternité Matin, pour la défense de leurs droits (CJDD-FM).

Il est bon de mentionner que bien qu’ayant salué le plan de restructuration adopté par l’Etat de Côte d’Ivoire, les travailleurs disent être opposés à la mise en œuvre du plan social tel que voulu par la direction générale. Ils souhaitent que le pécule destiné aux travailleurs qui doivent partir soit revu pour donner un visage humain à ce plan social.

Elvire Ahonon

Côte d’Ivoire : Fraternité Matin journal gouvernemental pris en flagrant délit de manipulation ?

Personnalités liées avec l’article