Gnamien Konan répond à ceux qui le traitent de xénophobe : « J’ai 5 enfants dont 4 du Nord, mais je suis contre le Rattrapage »

Gnamien Konan, président fondateur de La Nouvelle Côte d'Ivoire

Je ne serai jamais . Je suis pour la justice car ma foi me pousse à croire profondément que tous les hommes, sans distinction de race, de religion ou de région, sont frères et sœurs d’un même père, Dieu Créateur.

Tout ce que je demande, compte tenu de l’immense potentiel de ce pays dont Dieu nous a fait grâce, c’est une formation de qualité pour tous les jeunes de Côte d’Ivoire et un emploi pour chaque Ivoirien. Ce sont les seules raisons de mon engagement politique. Je ne veux ni or ni argent. Je ne veux ni bateau ni avion. J’ai horreur du sang, c’est pour cette raison que je n’ai pas pu devenir médecin. Je ne supporte pas la violence même au cinéma.

Alors je ne serai jamais tribaliste. J’ai cinq enfants, quatre sont du Nord et une de l’Ouest. Je suis contre le rattrapage qui détruit notre unité et qui est en train de ruiner notre école.

Quand j’étais DG des Douanes, j’ai choisi deux adjoints, un du Nord et un de l’Ouest. Je n’ai ni nommé ni recruté un ressortissant de Botro. On me le reproche à chaque élection locale. Quand j’étais ministre de la Fonction Publique, j’avais deux DG: l’inamovible et . Quand j’ai été nommé ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, j’ai choisi comme DG, qui est du centre et qui est du Nord.

« Ne me faites pas passer pour ce que je n’ai jamais été et que je ne serai jamais »

Quand je fus nommé ministre de l’Habitat et du Logement Social, en dehors de mon dircab Kpangni Moro, que je prenais pour un descendant de Moro Naba quand je l’ai rencontré et que tout le monde connaît et de mon chef cab, Madame Ouattara, j’ai travaillé avec ceux que j’ai trouvé en place.

A lire aussi : Gnamien Konan tance Adjoumani : « C’est criminel de voyager seul dans un avion quand on a 130 élèves par classe »

Je dois dire que ma philosophie a toujours été de garder avec moi tous ceux que je trouve en place. La seule chose qui fait la différence, c’est le résultat. Mes parents me reprochent de ne pas les nommer. Mes militants de l’ sont partis parce que je ne les ai pas suffisamment nommés.

En conclusion, ne me faites pas passer pour ce que je n’ai jamais été et que je ne serai jamais. Ma seule véritable et unique passion, c’est la Côte d’Ivoire. Notre but à tous que nous soyons du sud, du centre, du nord, de l’ouest, de l’Est devrait être la paix et le développement harmonieux de la Côte d’Ivoire, notre pays. C’est mon combat. Merci.

Personnalités liées avec l’article