Platini a-t-il aidé Sarkozy à aider le Qatar pour le Mondial 2022?

Platini-Sarkozy-Qatar

Le déjeuner organisé le 23 novembre 2010 à l’, en présence de , de et de l’émir actuel du Qatar, intéresse la justice.

L’ancien président de l’Union des associations européennes de football (UEFA) Michel Platini, a été placé en garde à vue ce mardi 18 juin 2019 matin dans le cadre d’une enquête pour corruption sur l’attribution de la Coupe du monde 2022 au Qatar, selon le site d’actualité français Mediapart.

Les conditions d’attribution de la Coupe du monde au Qatar

L’enquête a été ordonnée par le Parquet national financier (PNF) et porte sur les conditions d’attribution de la Coupe du monde au Qatar. Selon le quotidien français Le Monde citant des sources judiciaires, le PNF s’intéresse à un déjeuner organisé le 23 novembre 2010 à l’Elysée, en présence de Nicolas Sarkozy, de Michel Platini, de l’émir actuel du Qatar, , et du , qui était alors premier ministre et ministre des affaires étrangères du Qatar.

LIRE AUSSI: Coupe du monde féminine 2019 : le calendrier des Africaines

Déjà auditionné par la justice en 2017 en qualité de témoin, Michel Platini avait reconnu avoir voté pour le Qatar lors du scrutin d’attribution du 2 décembre 2010. Il avait affirmé au Monde qu’il avait déjà fait son choix avant ce déjeuner à l’Elysée mais qu’il ignorait que des Qataris y participeraient.

Michel Platini, Nicolas Sarkozy, Claudé Guéant et

Deux autres personnes ont été auditionnées ce mardi : l’ancien secrétaire général de l’Elysée , en qualité de « suspect libre », et une ancienne conseillère de Nicolas Sarkozy, Sophie Dion, placée en garde à vue dans le cadre de cette enquête « visant des faits présumés de corruption active et passive de personne n’exerçant pas de fonction publique. »

LIRE AUSSI: Coupe du monde U20 2019 : le Mali en quarts de finale

Michel Platini est par ailleurs banni depuis près de quatre ans par la de toute activité liée au football jusqu’en octobre prochain, suite à l’affaire du paiement de 1,8 million d’euros sans contrat écrit pour lequel il a depuis été blanchi par la justice suisse.