Sénégal : l’opposition dit non la réforme constitutionnelle de Macky Sall

L’opposition a condamné le jeudi 25 avril 2019, la réforme constitutionnelle portant sur la suppression du poste de Premier ministre au Sénégal.

Selon les médias locaux, les trois candidats, réunis jeudi, ont dénoncé que des modifications aussi substantielles de la Constitution aient été initiées en l’absence de toute forme de concertation. Selon eux, des « réformes d’une si grande ampleur ne seraient légitimes que si elles sont effectuées par voie référendaire ».

Ils soulignent que pour « une Constitution modifiée par référendum seulement en 2016, l’initiative de supprimer le poste de Premier ministre exige une nouvelle consultation du peuple souverain, d’autant plus que ce projet n’a été mentionné dans aucun des programmes proposés aux Sénégalais lors de l’élection présidentielle du 24 février 2019« .

A lire aussi : Nouvelle grève des enseignants des universités publiques de Côte d’Ivoire : l’année blanche n’est plus loin

Les candidats de l’opposition avaient refusé de reconnaître la victoire du président Macky Sall au premier tour, mais n’ont pas fait de réclamation devant le Conseil constitutionnel.Le projet de réforme constitutionnelle doit être examiné au début du mois de mai par l’Assemblée nationale, où la coalition au pouvoir détient la majorité.

Personnalités liées avec l’article