Synesci : La jeune génération prend le pouvoir

Les lampions se sont éteints sur le 23è congrès du Syndicat national des enseignants du second degré de Côte d’Ivoire, (Synesci), le jeudi 6 septembre 2018, au Cafop supérieur de Yamoussoukro. 

Au terme de ces trois jours de réflexion sur l’avenir de leur structure syndicale, le renouvellement des instances a été un point fort de ce rendez-vous. Ainsi, Ekoun Kouassi, professeur physique-chimie au lycée moderne de Port-Bouet a été porté à la tête du Synesci.

Elu pour 4 ans, il a obtenu 190 voix sur les 262 votants soit 72.52%. Face à la presse, le nouveau patron du Synesci a dégagé ses priorités qui se résument à la restructuration de la structure syndicale, le Synesci ; à l’amélioration de nos conditions de vie et de travail et à la mise en route d’un projet immobilier pour les syndiqués. « Nous sommes pour revoir notre structure elle-même, le Synesci mais aussi passer en revue nos conditions de vie et de travail.

A lire aussi : Grève CNEC dans l’enseignement supérieur : les enseignants chercheurs haussent le ton

Et nous sommes arrivés à la conclusion qu’aujourd’hui, il est temps de réinstaurer la dignité de l’enseignant du second degré par l’amélioration de ses conditions de vie et de travail. Nous travaillons dans des conditions difficiles avec des effectifs pléthoriques, avec des enfants difficiles à encadrer parce que l’Autorité leur a conféré le pouvoir. Des enseignants sont bastonnés, on constate que de plus en plus les enfants sortent des classes, des phénomènes sont observés au niveau de la jeunesse.

Et nous pensons au Synesci, qu’en tant que professionnels de l’éducation nationale, de redresser certaines choses. Nous prendrons nos responsabilités pour améliorer vraiment notre cadre de vie et discuter avec l’Autorité pour prendre de nouveaux textes pour que le pouvoir revienne au maitre. » a-t-il fait savoir avant de relever la question de l’indemnité de logement qu’il trouve insuffisante « Aujourd’hui, nous sommes à 40 000 FCFA pour les enseignants de collège et 50 000 FCFA pour les enseignants du lycée. Ce qui est très insuffisant pour la location d’une maison décente. Car avec ces sommes, il vous est difficile même de louer un studio. »

Non payement des heures complémentaires : La CNEC paralyse les universités publiques

Personnalités liées avec l’article