Non payement des heures complémentaires : La CNEC paralyse les universités publiques

La Coordination nationale des enseignants chercheurs (CNEC) a entamé une grève ce mercredi 5 septembre 2018, pour protester contre le retard dans le paiement des heures complémentaires 2014-2015, et les primes de recherche du 3ème trimestre 2016. 

Routes barricadées par les véhicules, difficile de franchir les barrières à l’entrée de l’université Félix Houphouët-Boigny de Cocody. L’accès est surtout interdit par les enseignants. En cause, une manifestation de colère d’enseignants conséquence, pas de cours ce mercredi. « Nous nous sommes rendus ce matin dans nos amphis, nous avons constaté que les étudiants étaient en bon nombre et quelques enseignants sont venus mettre à la porte les étudiants qui étaient présents pour un motif que nous ignorons jusque-là », a dit l’étudiant Gilles Tapé.

A lire aussi : Grève CNEC dans l’enseignement supérieur : les enseignants chercheurs haussent le ton

Pour Delphin Beugré, il se dit que c’est à cause de l’argent qu’ils sont en grève. Cependant, il ne sait pas pourquoi et les motifs de cette grève : « Ce matin, nous n’avons pas fait cours, dans l’après-midi nous avions des TD mais il ne s’est rien passé », déclarent certains étudiants, pour qui cette situation est le fait de la CNEC. En cause : le non-paiement des heures complémentaires, par l’Etat-employeur.

« Ils ont des arriérés depuis l’année dernière. Ils mènent des grèves mais le gouvernement n’a pas encore réagi. C’est compte tenu de cela qu’ils nous ont demandé de rentrer à la maison. Cela ne nous arrange pas mais nous sommes d’accord avec eux, les motifs sont bien réels », a ajouté Ibrahim Diallo.

Aussi, Odette Kouakou a-t-elle souhaité que ces grèves cessent : « Si les professeurs entrent en grève, cela ne nous arrangera pas. Mon souhait est qu’ils arrêtent les grèves pour que nous puissions faire les TD et les compositions ». Ces arriérés remontent à plusieurs mois selon les informations recueillies sur place. Impossible d’en savoir d’avantage auprès des responsables syndicaux et de l’administration de l’université.

Prince Beganssou avec RTI

Attaques contre le Cames : « Il n’y a que nous, bénéficiaires des grades du Cames, pour défendre ce Label » (Pr Victor Topanou)

 

Personnalités liées avec l’article