Aboisso : le pisteur simule son braquage de 28 millions FCFA et finit en prison

Deux individus ayant simulé un braquage dans lequel ils avaient emporté la somme de 28 millions FCFA ont été mis aux arrêts par la gendarmerie à .

Le sieur , pisteur dans le domaine du  a fait un retrait bancaire de 28 millions FCFA à Aboisso le 23 mai à la demande de son patron, responsable d’une  coopérative  de la sous-préfecture de Bianouan. Avant de prendre le chemin de Bianouan, Bakary prend langue avec son ami mécanicien et un autre dont l’identité n’a pas été révélée afin de mettre en place une simulation de braquage.

Ils désignent Ouédraogo Adama, la trentaine,  comme celui qui devra emporter le butin et le garder en lieu sûr afin de faire le partage lorsque les choses seront plus calmes. Le stratagème marche bien. Au niveau du village de   sur l’axe Aboisso-Ayamé, le « braquage » a lieu. Nébié Bakary qui était à moto est dépossédé des  28 millions par  Ouédraogo Adama et son acolyte.

A LIRE AUSSI : Arafat et Carmen Sama: ce qui a tout gâté entre Yorobo et sa femme

Nébié Bakary qui va porter le  braquage à la connaissance de  la brigade de gendarmerie d’Ayamé est gardé à vue pour les nécessités d’enquêtes. Les gendarmes ne comprennent pas que ces braqueurs aient pu échapper aussi facilement à leur dispositif. Ils décident de cuisiner le sieur Bakary qui à 17H10, le même jour, finit par lâcher le morceau. Il avoue qu’il s’agit d’une simulation de braquage et que «le butin» se trouve avec  Ouédraogo Adama déjà parti pour Gagnoa.

Le commandant de brigade de la gendarmerie d’Ayamé joint celui de Gagnoa. Le sieur Ouédraogo est cueilli à froid à 17H30 à l’entrée de Gagnoa à bord d’un car de transport en commun. Il est découvert sur lui la somme de 25 950 000 FCFA. Ramené à Aboisso dimanche par la , les deux  présumés voleurs  ont été déférés lundi au tribunal  pour y répondre de leurs actes.

A LIRE AUSSI : Malawi: Uhuru Kenyatta félicite Peter Mutharika pour sa réélection

Le commandant de la compagnie de gendarmerie a saisi l’occasion pour demander aux opérateurs économiques de se faire accompagner sans contrepartie par la gendarmerie lorsqu’ils sont porteurs  de sommes importantes.

Personnalités liées avec l’article