Alain Lobognon : « Allez dire à Ouattara que le Gbôklè n’a plus de route »

Alain Lobognon et son épouse, à Fresco, le vendredi 22 février 2019

aux cadres du Gbôklè : « si vous voulez vous rendre utiles allez dire à Ouattara, « ‘’ monsieur le président, le Gbôklé n’a pas de route ».

Apres son séjour carcéral, l’ex-pensionnaire de la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (), Alain Lobognon n’a plus la langue dans la poche. En marge de la cérémonie de purification organisée par ses parents le vendredi 22 février 2019 à , il exige la redistribution équitable des richesses nationales du pays.

Il demande aux cadres du RHDP de la région de s’en préoccuper en informant Alassane Ouattara que la côtière manque de tout. Exacerbé selon lui par le manque d’infrastructure dans la région du Gbôklè, le député de Fresco, s’adresse aux cadres du RHDP, sans faux fuyant, « allez dire aux hommes politiques qui viennent ici avec les véhicules pour mentir aux parents que ce qu’on attend d’eux, c’est de réparer la côtière ».

« Allez y leur dire qu’Alain Lobognon, citoyen député, que si vous voulez vous rendre utile, allez y chez le président de la république et dites-lui : ‘’ monsieur le président, le Gbôklé n’a pas de route », a insisté l’ex-pensionnaire de la Maca et de faire cette précision : « la route qui relie les deux ponts n’existe pas, il faut la réhabiliter ». « Deuxièmement, allez y dire que les écoles n’existent pas ici dans votre région. Elles n’existent que de nom ; nous avons des cabanes, des baraques », a-t-il déploré.

A lire aussi : Grand Abidjan Mobilité (GAM) : Le gouvernement crée un autre « machin » pour éluder les vrais problèmes du transport

« Donc s’ils aiment tant le président de la république, qu’ils aillent le voir et lui dire : ‘’monsieur le président, les hommes qui sont dans le Gbôklè à Fresco, à Sassandra, comme ils vous aiment, ils veulent qu’il y ait des écoles, de l’eau potable, de l’électricité, des routes », a fait remarquer le député de Fresco. « Ils ne demandent pas que les enfants soient divisés », a prévenu Lobognon.

Soulignons qu’Alain Lobognon, un proche de l’ex-président de l’Assemblée nationale Guillaume Soro, était poursuivi par le procureur pour « divulgation de fausses nouvelles ». Il avait été placé le mardi 15 janvier 2019 sous mandat de dépôt et écroué à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (Maca) puis libéré le mercredi 13 février 2019 au terme d’un procès en appel convoqué en urgence.

L’ex-ministre des sports avait effectué le déplacement sur Fresco pour dire merci à tous ceux qui ont œuvré pour sa libération, « je voudrais devant mes parents remercier après 28 jours de détention arbitraire, l’ancien premier ministre, l’ancien président de l’Assemblée nationale qui s’est battu pour que je sois libre.

Parce que j’étais un prisonnier politique et en politique, il faut savoir se battre. Je voudrais également dire merci au président , il s’est inquiété de mon emprisonnement, à monsieur qui a dénoncé mon arrestation, à monsieur qui a dépêché un avocat pour me défendre, également à tous mes avocats qui se sont battus ».

Karina Fofana

Personnalités liées avec l’article