Côte d’Ivoire : « Les CHU sont devenus des lieux pour gisants, il faut les fermer, les réhabiliter ou les privatiser » (Dr Diahou)

Dr Diahou Bertin N'Guessan
Dr Diahou Bertin N'Guessan

se prononce sur la « privatisation » des CHU. Le docteur est d’accord pour la privatisation de ceux-ci. car selon lui :  » Quand quelque chose de bien se dessine, il faut encourager et féliciter « 

Disons-le tout net : je fais partie de l’un de ceux qui pensent que la politique sociale du gouvernement actuel (et de tous ceux qui l’ont précédé d’ailleurs à part Félix Houphouët Boigny) est nulle et exécrable. En tant qu’humaniste, [défini par l’Académie Française en son Dictionnaire 2011, comme partisan du mouvement de pensée qui prend l’Homme pour fin et valeur suprême, qui vise à son épanouissement et au respect de sa DIGNITÉ], ma pensée est que quand un humain peut vivre en sécurité dans une maison raisonnable, quand il peut se nourrir, quand il peut s’instruire et surtout quand il peut se soigner quand il est malade, il est assis sur les quatre piliers du chemin de la plénitude.

Je l’avoue: je préfère avoir à manger à ma faim que de rouler sur du bitume. Je préfère vivre dans ma maison que de contempler un immeuble administratif de 120 étages. Je préfère avoir de l’instruction que d’assister au déploiement d’armes, j’aime savoir que je serai soigné sans stress plutôt qu’on me serve de la guéguerre à l’Assemblée nationale.

A lire aussi : De HMA au Chu de Yopougon en passant par Treichville : Le récit révoltant du père d’un accidenté mort sans soins

Pour avoir pratiqué notre système hospitalier public, celui du en l’occurence, j’en suis arrivé à la conclusion selon laquelle, il faut soit le fermer, soit le réhabiliter, soit enfin le privatiser. Parce que ce n’est pas possible! Ce n’est pas possible de faire vivre des malades dans de telles conditions. Surtout qu’on ne vienne pas me dire que je raconte ma vie: je le prendrai très mal ! C’est effroyablement inhumain ce que j’ai vu et… vécu !

Et ce n’est pas du tout la faute des médecins ou du personnel soignant, parfaits bouc(s)-émissaires. Alors, nous crions à longueur de journée et de publications sur les réseaux sociaux. Et maintenant que ce gouvernement prend la décision d’améliorer une partie du système pour en faire une entité performante au service des malades par la privatisation, il s’en trouve pour dénoncer cela et crier haro sur le baudet ! M’enfin, que voulons-nous à la fin ?

On peut et on doit dénoncer la politique sociale de ceux que nous avons mis au pouvoir. Mais quand quelque chose de bien se dessine, il faut encourager et féliciter. Ne restons pas toujours dans le darkside. Les centres de santé publics, ces lieux pour gisants, il faut privatiser.

Dr Diahou