KKB: « L’homme politique doit intégrer la défaite dans sa carrière »

Kouadio Konan Bertin KKB

Kouadio Konan Bertin dit a fait son méa-culpa et son come-back, ce week-end à Port-Bouët, la circonscription électorale qui l’avait élu comme député en 2011, avant de le lâcher, après sa candidature à la présidentielle de 2015.

C’est à une rencontre conviviale, de partage, que Kouadio Konan Bertin a convié, dimanche dernier, tous les leaders d’opinion de la commune de Port-Bouet. Les chefs des 4 villages Ebrié, propriétaires terriens de la localité, les chefs de communauté qui ont toujours participé à la vie de la commune, les chefs religieux, des représentants du RDR, du FPI, lui ont fait l’honneur de répondre à son invitation.

« C’est en ce moment-là qu’on mesure la grandeur de l’homme politique qui doit intégrer la défaite dans sa carrière »

Cette rencontre que KKB a placée sous le signe de la « réconciliation et de la cohésion sociale » est selon lui, en l’honneur de Mme Hortense Aka-Anghui, ex-maire de Port-Bouet, rappelée à Dieu l’an dernier. « C’est l’occasion pour moi de rendre un vibrant hommage à Mme Aka-Anghui grâce à qui, j’ai été pendant 5 ans député de Port-Bouet. C’est une dame qui restera à jamais dans mes pensées pour ce qu’elle aura été dans ma vie. Je rappelle à toutes fins utiles que c’est elle et son époux qui ont doté ma femme en l’absence de mes parents trop tôt disparus. Elle aura passé 40 ans à la tête de la commune, 40 ans de gestion du -RDA que son père, Gabriel Dadié a aidé à créer. C’est comme un serment pour moi de perpétuer son œuvre à Port-Bouet », a de prime abord fait savoir l’ancien président de la JPDCI.

L’interview d’Adjoumani qui a fâché Bédié

Poursuivant, l’ex-député de la commune a remercié les populations pour le soutien qu’elles lui ont manifesté cinq années durant. « C’est vous qui m’avez porté à l’assemblée nationale. Ce sont cinq ans de ma vie que je ne peux oublier de sitôt. Nous sommes en démocratie et c’est là que l’on voit la souveraineté du peuple qui donne et retire sa confiance quand il veut et en toute liberté. Hier, vous m’avez fait confiance. Aujourd’hui, vous estimez que je ne mérite plus votre confiance. Vous m’avez donc retiré votre confiance et je ne suis plus député. Si hier, j’étais content quand vous m’avez donné votre confiance, pourquoi serais-je aujourd’hui amer si vous me retirez votre confiance ? », a martelé KKB.

« C’est en ce moment-là qu’on mesure la grandeur de l’homme politique qui doit intégrer la défaite dans sa carrière. La défaite ne doit pas pousser à épouser les mauvais sentiments telles la haine, l’aigreur », a-t-il précisé.

L’ancien député de Port-Bouët, en outre, a laissé entendre qu’il a « accepté cette sanction. D’ailleurs, il n’y a que ceux qui ne font rien qui ne se trompent pas. A tous ceux à qui j’ai pu faire du tort, je leur demande pardon. La vie ne s’arrête pas là. Nous devons continuer. Je n’abandonnerai jamais Port-Bouet qui m’a tout donné (…) Je ne suis pas candidat pour les municipales. Cependant, je me réserve le droit d’avoir mon mot à dire. Nous nous connaissons. De par ma position, je peux savoir ce qui est bon pour Port-Bouet. Et mon devoir, c’est de les éclairer le moment venu ».

A lire aussi : 

Ce que Tiken Jah dit exactement de Gbagbo, Ouattara, Bédié, Soro, Duncan, Gon, Billon…