Lettre ouverte à Sidiki Diakité : Quel texte prévoit la non installation d’un conseil municipal pour empêchement d’un seul membre ?

Le ministre Sidiki Diakité se mélange les pinceaux dans l'affaire Ehouo
Le ministre Sidiki Diakité se mélange les pinceaux dans l'affaire Ehouo

Ivoiresoir.net vous propose la lettre ouverte de Mathaine Sekongo, activiste sur les réseaux sociaux,
au ministre de l’Intérieur Sidiki Diakité, relative à la non installation du maire élu du Plateau, Jacques Ehouo.

Monsieur le Ministre,
L’honneur est pour moi ce matin de m’adresser à vous, tout en espérant que mon message vous trouve en santé,vu votre agenda chargé qui ne vous laisse pratiquement plus le repos hebdomadaire comme le montre votre communiqué en date du Dimanche 13 janvier 2019.

Monsieur le Ministre, vous avez communiqué le dimanche 13 janvier 2019, sur les cas épineux de l’ex-Maire du Plateau Noël Bendjo et le Député Jacques Ehouo, tous deux « présumés » auteurs de détournement de deniers publics. Personnellement, je vous en félicite pour l’interaction avec vos administrés que nous sommes,mais je reste encore et comme beaucoup d’Ivoiriens, sur ma faim…

A lire aussi : Lettre ouverte à Ahoussou : « Vous avez honte de notre démocratie ? Démissionnez ! » (Sylvain Takoué)

En effet, d’une part,vous avez porté à ma connaissance et peut-être à la connaissance de certains, que « le Maire Bendjo à été révoqué pour faux en écritures et détournement de deniers publics… » Le citoyen lambda et profane que je suis désire mieux comprendre donc je m’interroge:

a) Quel est le préjudice financier exact causé par cette affaire ?  Des chiffres exacts ?

b) Le faux en écritures et le détournement de deniers publics ne sont-ils pas des délits ? Si oui, alors le verdict du procès supposé être pénal est-il la révocation ?  Vous avez d’autre part, soutenu que « l’installation du Conseil Municipal du Plateau a été suspendu pour permettre la manifestation de la vérité, relativement à la plainte portée contre Monsieur (vous avez omis d’écrire « Honorable », il s’agit d’un Député de la Nation ) Jacques Ehouo, l’un des conseillers municipaux élus dont l’implication dans le dossier de détournement évoqué plus haut a été révélée par l’enquête » (Dixit). Ici également j’ai des questions pour éclairer ma lanterne et peut-être celle de beaucoup d’Ivoiriens:

c) Quel texte législatif prévoit la suspension d’une installation d’un Conseil pour empêchement d’un seul membre?

d) L’article 29 de la loi N°2012-1128 n’est-il pas valide ici ?  Sinon pourquoi ? 

e) L’article 30 de la loi N°2012-1128 n’est-il pas valide également ?  Sinon pourquoi ? 

Monsieur le Ministre, loin d’être exhaustives, ces questions me taraudent vraiment l’esprit au point où les réponses que vous voudriez bien apporter m’aideraient à mieux me cultiver sur le sujet. Tout en vous réitérant ma profonde considération, je vous souhaite de passer  une excellente journée, monsieur le Ministre.
                                                                                                Mathaine Sekongo


Personnalités liées avec l’article