Lutte contre la Cybercriminalité en Côte d’Ivoire : Le ministre Isaac Dé reconnaît « des obstacles »

Isaac Dé, ministre de la Construction

La Côte d’Ivoire veut faire le meilleur usage des technologies qui accroissent la productivité, raccourcissent les distances et le temps, réduisent les coûts et améliorent l’efficacité. Pour ce faire, elle a décidé de ne point lésiner sur aucun moyen en ce qui concerne la lutte contre la cybercriminalité. Le ministre de l’Economie numérique et de la Poste, Claude Isaac Dé, est revenu, le mardi dernier, au cours d’un atelier organisé par le Conseil de l’Europe à l’Hôtel Radisson Blue-Abidjan, sur les mesures pour limiter les dégâts causés par cette nouvelle forme de délinquance.

« Pour lutter contre le fléau de la cybercriminalité, la Côte d’Ivoire a adopté, avec succès, une stratégie reposant, entre autres, sur la réforme du cadre législatif et institutionnel du secteur Télécommunications/TIC. Cette réforme a abouti à l’adoption d’une législation appropriée et sur la mise en place d’un cadre institutionnel adéquat. » a indiqué Isaac Dé. 

Isaac Dé a relevé que tout n’est certainement pas rose. « Comme vous pouvez le constater, d’importants progrès ont été réalisés par la Côte d’Ivoire dans le but de lutter efficacement contre le fléau de la cybercriminalité. Cependant, en dépit de l’existence de ce cadre législatif et institutionnel, il subsiste encore des obstacles au traitement effectif de la cybercriminalité, liés notamment à la nature planétaire du phénomène qui transcende les frontières des Etats, source de difficultés judiciaires dans la conduite des investigations. C’est pourquoi, nous nous réjouissons de l’organisation de cet atelier d’information sur la Convention de Budapest sur la cybercriminalité qu’organise le Conseil de l’Europe, ici à Abidjan. », a-t-il dit.

A lire aussi : Enlèvements d’enfants et crimes rituels : Voici les commanditaires, les auteurs et leurs mobiles

Il a par ailleurs annoncé que la Côte d’Ivoire va ratifier la Convention africaine sur la cybersécurité et la protection des données à caractère personnel, adoptée par les Chefs d’Etat et de Gouvernement. La Côte d’Ivoire veut ratifier la Convention de Budapest, une des organisations les plus emblématiques engagée dans la lutte contre la cybercriminalité au plan mondial.

Le Secrétaire exécutif du Comité de la Convention sur la cybercriminalité du Conseil de l’Europe, Alexander Seger, a exhorté les pays à coopérer étroitement dans le cadre de la lutte contre la cybercriminalité avant de préciser qu’avec la ratification de la Convention de Budapest, les pays s’inscrivent dans la reconnaissance d’un cadre juridique qui réponde aux exigences d’un Etat de droit, dans la logique de la coopération efficace et fiable avec d’autres pays et de la participation aux travaux du comité sur la cybercriminalité.

FB

Personnalités liées avec l’article