Présidentielle 2020 : Soro lance la conquête du Nord à partir de Ferké

Guillaume Soro dernier jour à l'assemblée nationale

Comme annoncé par son service de communication, l’ancien Président de l’hémicycle ivoirien est depuis ce jeudi 21 février 2019 dans sa ville natale de pour le lancement de sa campagne à la présidentielle de 2020. Le président du Comité politique (CP) a été accueilli par une liesse populaire à dont il est le député.

est en train de dérouler le rouleau compresseur comme le présageait son agenda politique quelques jours après sa démission de la présidence de l’hémicycle ivoirien. Après la création du Comité politique (CP) l’un des derniers nés des mouvements politiques en Côte d’Ivoire dont il est le président. a entamé le jeudi 21 février le lancement de sa campagne à la présidentielle de 2020 à Ferkessédougou afin de bénéficier de la caution et de la bénédiction de ses parents.

« (…) C’est pourquoi j’irai à Ferkessédougou pour parler avec mes parents (…) ». « Ils disent (NDLR : faisant allusion au RHDP), vous voyez votre fils Guillaume qui veut prendre le pouvoir au nord pour aller donner à Bédié. Et si je le gardais une fois l’avoir pris, est-ce que ce serait une mauvaise chose ? Ou bien je ne ressemble pas à un président ? », expliquait-il aux chefs Atchan du village d’Abatta venus lui rendre visite le mardi 19 février 2019 à sa résidence de Marcory.


A lire aussi : Soro fait la leçon à Ouattara : « Bédié est mauvais et vous avez donné son nom à un pont ? »

En Partance pour Ferkessédougou ce jeudi, l’ex-président de l’Assemblée nationale a fait une escale à pour prendre son petit déjeuner dans un Kiosque à café. Là-bas, ‘’ le leader générationnel’’ a eu une communion avec le peuple venu de partout partager ses moments de joie avec celui qu’ils qualifient ‘’de futur président de la Côte d’Ivoire’’. A Ferkessédougou, Guillaume Soro a été accueilli par une liesse populaire constituée de partisans et de sympathisants.

Certains étaient à pieds, d’autres à moto, d’autres en voiture. Chacun voulait le voir, le toucher ; la voie était devenue petite et il était difficile de se faire un passage. « Soro, Soro, Soro président », l’on pouvait entendre. Ainsi, après le lancement de sa campagne dans son fief les jeudi 21 et vendredi 22 février, à Ferkessédougou, l’honorable Guillaume Soro mettra le cap sur pour un entretien avec Henri Konan Bédié, le président du PDCI-RDA.

Karina Fofana