Sidi Touré : « Contre le cancer, le plus précieux des remèdes est l’information »

Le ministre de la Communication et des Médias, , a pris une part active dans la réussite de la Journée de mobilisation des médias contre le cancer ().  » Nous tenons également à remercier notre ministre de tutelle, le ministre de la Communication et des Médias, M. , pour son implication et son engagement dans cette cause, et du soutien accordé aux médias, à travers Ponacom (Politique nationale de la communication et des médias ». C’est un document stratégique visant au développement des secteurs de la communication et des médias », a déclaré à son endroit, la commissaire générale des JMMC, Leah Muriel Guigui. Ci-dessous, la déclaration du ministre .
Je ne prendrai nullement le risque de m’aventurer à parler de chiffres sur ce sujet, encore moins sur d’autres, surtout en présence de Monsieur le Vice-président, un spécialiste des chiffres qui, depuis des années, se bat aux côtés du Président de la République, SEM Alassane OUATTARA, pour que nos concitoyennes touchées par cette pathologie bénéficient d’une prise en charge adaptée.

A lire aussi : Côte d’Ivoire : « Sur 2764 nouveaux cas, 1223 femmes meurent du cancer du sein chaque année » (Leah Muriel Guigui)

Monsieur le Vice-président, vous avez mené toutes les négociations avec nos partenaires, notamment les Laboratoires Roche, pour la construction du centre de sénologie au CHU de Treichville, la gratuité de certaines molécules intervenant dans la chimiothérapie ; ainsi que la formation des médecins et du personnel médical…

Vous avez suivi toutes les étapes de construction du centre de Radiothérapie inaugurée par le Président de la République en décembre dernier. Vous suivez le projet de construction du centre de cancérologie de niveau international prévu ici, à Grand-Bassam. Monsieur le Vice-président, si vous le permettez, je vais centrer mon intervention sur l’idée généreuse qui a été l’élément déclencheur de cet évènement : les Journées de mobilisation des médias contre le cancer du sein qui en sont à leur deuxième édition cette année.

Sidi Touré, ministre de la Communication et des médias
Sidi Touré, ministre de la Communication et des médias

Cet évènement est la mise en commun, la rencontre de multiples engagements de femmes et d’hommes des médias et de la communication qui ont décidé de montrer que leur métier, plus qu’un métier, est une profession qui, plus qu’une profession, est un sacerdoce, c’est-à-dire un dévouement porté par des valeurs et tourné vers les autres : une profession au service de la communauté.

Informer, c’est former ; c’est faire savoir ; Faire savoir, c’est permettre de prendre des décisions ; Prendre des décisions ; c’est agir, bien agir et faire agir. A un autre niveau, informer, c’est prévenir, c’est soigner ; c’est aider à se faire soigner, c’est soutenir la guérison… Contre le cancer, le plus précieux des remèdes – avant la prise en charge médicale-, c’est l’information. Les cancérologues, comme tous les autres médecins, nous disent que plus les patients sont informés des pathologies dont ils souffrent, mieux ils sont médicalement accompagnés et plus facilement, ils guérissent.

Dans la lutte contre le cancer dans notre pays, et même dans le monde, nous connaissons la place centrale qu’occupe la sensibilisation. Et nous saluons ici le travail qu’abat chaque jour, le professeur et ses collaborateurs au Programme national de lutte contre le cancer sous la vigilante supervision de Dr , Ministre de la Santé et de l’Hygiène publique. Plus on parle du cancer, plus on le fait reculer et plus on augmente les chances de réduire le nombre de personnes qui pourraient être touchées par ce mal qui rongent encore tant de vies.

« Vous avez le pouvoir de sauver des vies. Vous avez le pouvoir de faire sortir nos concitoyens de l’ignorance »

Plus nombreux seront nos concitoyens qui connaîtront les facteurs de risque : le tabac, l’alcool, l’alimentation, la sédentarité, les facteurs d’hérédité, les hormones, les facteurs environnementaux, le stress, etc., pour ne citer que ceux-là ; plus nombreux seront ceux qui adopteront des comportements moins risqués, ce qui permettra de réduire la morbidité et la mortalité du cancer.

Mesdames et messieurs les professionnels des médias et de la communication, chers amis de la presse, le pouvoir qui est le vôtre est grand.  Vous avez le pouvoir de sauver des vies. Vous avez le pouvoir de faire sortir nos concitoyens de l’ignorance. « L’ignorance, disait Jacques Benigne-Bossuet est la plus dangereuse des maladies et la cause de toutes les autres ». Vous détenez entre vos mains et au bout de vos doigts une vraie puissance : l’information. Elle permet de savoir, d’agir et de faire agir. Elle permet de choisir les bonnes directions, elle nous aide à faire les bons choix.

Le pouvoir et la puissance qui sont vôtres vous imposent un devoir fondamental : fournir une information de qualité, vérifiée, recoupée et totale aux citoyens. Et je suis heureux que conscients de votre responsabilité, vous ayez décidé de vous engager à travers une charte pour assumer pleinement votre rôle social et sociétal dans la lutte contre le cancer du sein qui est une lutte pour la vie.

Mesdames et messieurs les professionnels des médias et de la communication, merci de porter la lumière sur tous les domaines de connaissance afin d’aider les consommateurs de contenus médiatiques à renforcer leurs capacités à devenir et à être des citoyens éclairés et donc capables d’agir en toute connaissance de cause.

« Merci de ne plus faire de la lutte contre le cancer un évènement, mais de l’inscrire dans le quotidien de vos productions »

Embarqués dans la quête de l’audimat, de l’audience, et pris dans les tourbillons de l’actualité (ce qui est le cœur de votre métier) vous n’avez pas toujours le temps de vous poser des questions sur ce qui intéresse véritablement l’opinion publique, c’est-à-dire l’information.

Merci de donner toute sa place à l’information de santé ; merci d’accorder du temps à la lutte contre le cancer du sein. Et Merci de ne plus faire de la lutte contre le cancer un évènement, mais de l’inscrire dans le quotidien de vos productions. Car, c’est chaque jour et c’est tous les jours que nous avons besoin de savoir, de connaître, de comprendre et de prendre les bonnes décisions pour notre bien-être et notre santé. Le cancer du sein, ai-je déjà entendu, on n’en parle pas qu’en octobre. Vous le savez, le pouvoir qui est le vôtre, chers amis de la presse est grand.

Un pouvoir et une puissance qui vous imposent un devoir fondamental : fournir une information de qualité, vérifiée, recoupée et totale aux citoyens. Et je suis heureux que conscients de votre responsabilité, vous ayez décidé de vous engager à travers une charte pour assumer pleinement votre rôle social et sociétal. Une charte pour un traitement de l’information spécifique sur le cancer du sein dans le respect de la dignité humaine, en harmonie avec votre Code d’éthique et de déontologie.

Mesdames et messieurs les professionnels des médias et de la communication, merci de porter la lumière sur tous les domaines de connaissance afin d’aider les consommateurs de contenus médiatiques à renforcer leurs capacités à devenir et à être des citoyens éclairés et donc capables d’agir en toute connaissance de cause.

« Célébrons la vie en jetant la lumière de la connaissance sur les ombres de l’ignorance. Et que la vie reste rose pour toutes les femmes de notre pays au-delà d’Octobre rose »

Monsieur le Vice-Président de la République, vous aurez les mots plus enracinés que les miens pour rendre hommage aux initiateurs des Journées de mobilisation des médias contre le cancer du sein, JMMC, mais accordez-moi l’autorisation de féliciter particulièrement Mlle , une personne dont l’engagement devient contagion et qui a su fédérer toutes les énergies agissantes pour nous rassembler ici.

Je veux saluer, si vous le permettez, deux personnalités du monde la presse et des médias qui ont su porter témoignage en devenant elles-mêmes des sujets d’information. Je veux nommer Mesdames et . En témoignant de leur vécu de personnes qui ont été touchées par le cancer, elles ont fourni de l’information de première main à nous tous. Merci Mesdames pour votre courage et votre engagement à célébrer la vie dans le partage et la générosité.

Vos livres : Vivre avec… comme si de rien n’était et Tu me fous les boules, vaincre le cancer… sont des témoignages qui viennent confirmer que l’information partagée et diffusée reste la clé de la vie. Alors, célébrons la vie en jetant la lumière de la connaissance sur les ombres de l’ignorance. Et que la vie reste rose pour toutes les femmes de notre pays au-delà d’Octobre rose.

Un combat pour la vie (Acte 1) de Dr Diahou Bertin N’Guessan : « Je suis épuisé par le cancer… »

Personnalités liées avec l’article