Treichville : Menacés de déguerpissement, les résidents d’Habitat Autoroute lancent une opération d’embellissement

Opération d'embellissement à Treichville Habitat autoroute, avec Souleymane Touré
Opération d'embellissement à Treichville Habitat autoroute, avec Souleymane Touré

Le Syndicat copropriété de l’Habitat Autoroute bloc Q sis à Treichville dirigé par René N’Guessan dit Kouao a fait une opération de coup de peinture le samedi 2 mars 2019. Cette opération d’embellissement se tient après que les populations de ce quartier aient été menacées de déguerpissement par la Société ivoirienne de construction et de gestion immobilière (Sicogi).

« Nous remercions Souleymane Touré qui nous soutient à l’occasion de cette opération que nous avons initié pour l’embellissement des façades de notre cité parce qu’il faut un cadre adéquat pour nos populations», soutien Wilfried Diouf. « La Sicogi nous a donné des exploits de congé de déguerpissement. Nous avons adressé plus de 93 correspondances aux autorités qui sont restées sans suite le seul qui nous a écouté est Souleymane Touré.

Ces 208 logements que veut déguerpir la Sicogi, ont été construits en 1952 par le colonel Laurent Pierre Clauzet, un opérateur ‘’colon’’» explique l’initiateur. « Les parents sont entrés dans ces logements en 1957 et la quasi-totalité des habitants étaient les collaborateurs de Félix Houphouët-Boigny dont Houphouët-Boigny lui-même. C’est en 1970 qu’il a pris une décision importante publiée dans le journal officiel ainsi libellé en son article 6 : ‘’ la Sicogi doit proposer à la fin de chaque exercice la cession de certaines constructions de type économique au fur et à mesure de la constatation comptable de l’amortissement total de ressources propres et empruntées ayant servi à leur financement (…)’’ », décrypte Wilfried Diouf.

A lire aussi : Dépistage gratuit du cancer du sein à Abobo, Marcory, Treichville : « Cette maladie a des chances de guérison… »

« Ainsi, certains sont devenus propriétaires en 1980 mais vu la lenteur du processus sont allés voir le président en 1990 qui a pris une décision en notre faveur. Dès qu’Houphouët-Boigny décède on met en mal le processus. En réalité, la Sicogi n’est pas dans ses droits », « si elle est réellement propriétaire pourquoi nous demande-t-elle de produire des preuves ? Ce sont des maisons en bandes considérées comme un même lot. Comment comprendre que mon voisin soit propriétaire pendant que je ne le sois pas ? », s’insurge-t-il.

Selon l’octogénaire Soumahoro, « j’ai mon titre foncier depuis le temps du colonisateur. Je ne comprends pas pourquoi la Sicogi le conteste aujourd’hui ! ». « Quand on se réclame houphouëtistes, on applique les décisions d’Houphouët-Boigny. Ça sera un drame social de déguerpir les familles de ces 208 logements », a précisé Wilfried Diouf.

« A la place de l’espace vert, se trouve une pharmacie et un lavage qui obstruent le passage de l’eau », critique Boubacar Dembélé un habitant. Pour Souleymane Touré, ex-adjoint au maire de la commune de Treichville et candidat malheureux aux précédentes élections, « nous avons toujours été aux cotés de la population de ce quartier. Aujourd’hui c’est une opération de coup de peinture, demain ça sera autre chose».

Karina Fofana

Personnalités liées avec l’article