Alain Lobognon fait des révélations : « Voici ce que Bédié, Affi et Koulibaly ont fait pour moi, en prison »

Alain Lobognon et son épouse, à Fresco, le vendredi 22 février 2019

aura passé 28 jours à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan () où il était détenu depuis le 15 janvier 2019. Sa libération survenue le mercredi 13 février 2019 au terme d’un procès en appel convoqué en urgence, l’ex-ministre des sports a tenu à dire merci à tous ceux qui ont œuvré à cette victoire.

Je voudrais devant mes parents remercier après 28 jours de détention arbitraire, l’ancien premier ministre, l’ancien président de l’Assemblée nationale Guillaume Kigbafori Soro qui s’est battu pour que je sois libre. Parce que j’étais un prisonnier politique et en politique, il faut savoir se battre.

Je voudrais également dire merci au président , il s’est inquiété de mon emprisonnement, à monsieur qui a dénoncé mon arrestation, à monsieur qui a dépêché un avocat pour me défendre, également à tous mes avocats qui se sont battus. Je voudrais remercier mon nouveau parti le . Je voudrais ici saluer le ; les députés du ont été merveilleux. Certains étaient en congé en France, d’autres aux Etats Unis, lorsque a convoqué la réunion du bureau de l’Assemblée nationale, ils ont annulé leur congé pour venir à cause de moi.

A lire aussi : Soro reçoit Lobognon après sa libération : « En ton absence, on m’a chassé de la tête de l’Assemblée nationale »

Je voudrais remercier tous les anonymes qui sont membres de l’opposition ; qui sont dans les différents partis politiques, qui autour du PDCI ont réclamé ma libération. Les deux sénateurs du Gbôklé Madame Améline Diomandé et le sénateur Jean Baptiste Palé, Alexis Okey, monsieur Maurice Doh, le doyen Adie Abi qui a conduit la délégation qui est allée soutenir mon épouse à Abidjan. Je remercie également tous les parents de tout le département de , monsieur , secrétaire général de l’association des parlements de la francophonie avec l’union internationale des parlements.

Amnesty International à qui je voudrais dire infiniment merci. Rappelons qu’Alain Lobognon, un proche de l’ex-président de l’Assemblée nationale Guillaume Soro, était poursuivi par le procureur pour « divulgation de fausses nouvelles » après un tweet annonçant un mandat d’arrêt de ce procureur contre le député et maire (PDCI) élu du Plateau, Jacques Ehouo.

Il avait été placé mardi 15 janvier 2019 sous mandat de dépôt et écroué à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (MACA) puis libéré le mercredi 13 février 2019 au terme d’un procès en appel convoqué en urgence.

Propos retranscrits par Karina Fofana

Personnalités liées avec l’article