Soro reçoit Lobognon après sa libération : « En ton absence, on m’a chassé de la tête de l’Assemblée nationale »

Alain Lobognon reçu par Guillaume Soro après sa libération

Soro reçoit Lobognon dans sa villa de Marcory et lui donne les nouvelles : «on m’a chassé». Apres sa libération le mercredi 13 février 2019, a reçu l’ex-pensionnaire de la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (Maca) dans sa résidence de Marcory en lui offrant du riz et les nouvelles du pays.

Au terme d’un procès en appel convoqué en urgence, le mercredi 13 février 2019, les juges de la cour d’appel ont cassé la décision de la chambre de première instance qui avait infligé un an d’emprisonnement ferme à l’ancien ministre des Sports Alain Lobognon, député de Fresco.

A lire aussi : Soro balance tout : « Ouattara m’a appelé avec colère… sa rage m’a choqué »

Apres cette mise en liberté immédiate condamné à six mois avec sursis, Guillaume Soro a reçu dans la soirée du mercredi 13 février l’ex-pensionnaire de la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (Maca) en ces termes ; « Alain ha ! Le prisonnier célèbre. Je suis content (après des accolades). Félicitations, viens, viens, viens ».

Et de poursuivre, « Alain, viens que je te donne les nouvelles parce que tu étais en prison tu n’avais pas les vraies nouvelles du pays ». « Pourtant à la Maca on dit que les gens sont informés ! », a raillé l’ex-président de l’hémicycle ivoirien. « Alain, il y a deux nouvelles ici », fait-il savoir avant d’ironiser : « quand tu n’étais pas là on m’a chassé de la tête de l’Assemblée nationale, donc je ne suis plus président mais les ivoiriens sont formidables ». « Depuis qu’on m’a chassé ils me donnent du riz à manger », a-t-il conté. « Tu vas prendre deux sacs de riz pour aller manger ; les sacs de riz des ivoiriens » avant de s’enfermer dans l’une des chambres de sa résidence avec Lobognon loin des caméras.

Notons qu’à la surprise générale, le bureau du procureur a, dans le débat de fond, requis six mois de prison avec sursis et une libération immédiate du député de Fresco contre qui il avait pourtant requis trois ans de prison, en première instance.

En définitive, les juges de la cour d’appel ont décidé de la relaxe du prisonnier après l’avoir condamné à six mois de prison. Alain Lobognon était poursuivi par le procureur Richard Adou pour « divulgation de fausses nouvelles » après un tweet annonçant un mandat d’arrêt de ce procureur contre le député et maire (PDCI) élu du Plateau, Jacques Ehouo.

Karina Fofana

Personnalités liées avec l’article