Congrès extraordinaire RDR du 5 mai 2018 : « J’irai pour défendre mes positions » (Soro)

Guillaume Soro compte bien défendre sa position au congrès extraordinaire du RDR
Guillaume Soro compte bien défendre sa position au congrès extraordinaire du RDR

Congrès extraordinaire RDR. Ceux qui avaient misé sur son boycott vont sans doute, perdre leur pari. Depuis Fresco où il séjourne depuis mercredi, Guillaume Soro, président de l’assemblée nationale et vice-président du Rassemblement des républicains (RDR) a annoncé, ce vendredi 27 avril 2018, qu’il participerait au congrès extraordinaire de son parti, le 5 mai 2018, à Abidjan.

A lire aussi : La discrète pré-campagne de Soro dans le pays profond

« J’irai au congrès du 5 mai pour défendre mes positions. Et mes positions sur le parti unifié sont connues de tous », a déclaré le grand absent du congrès ordinaire du RDR, qui a vu la nomination d’Henriette Dagri Diabaté, à la présidence du parti, en septembre 2017. En effet, les positions de Soro sont connues. Il n’apprécie pas le « forcing » opéré par le président Alassane Ouattara et surtout, il ne digère pas sa mise à l’écart dans les discussions, en vue de la création de la future fédération de partis du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP, coalition de six partis de la mouvance présidentielle), qui devrait à terme (entre douze et dix-huit mois), se muer en parti unifié.

« Peut-être alors faudrait-il que le RDR travaille davantage pour être ce fleuve où les rivières ont envie de se déverser » (Soro)

Fin mars, au cours d’une réunion de direction dont l’enregistrement a été rendu public sans le consentement du concerné, Soro avait déclaré « qu’en 1990, quand les quatre partis d’opposition, dits de la gauche démocratique avaient souhaité le parti unifié, un des leaders (Laurent Gbagbo) avait dit : « ce sont les rivières qui coulent vers le fleuve. Et non l’inverse. Si aujourd’hui, une idée aussi pertinente, efficace et belle comme le parti unifié est lancée et que certains rechignent peut-être est-ce parce que nous ne sommes pas considérés comme le fleuve vers lequel les rivières doivent naturellement couler. Peut-être alors faudrait-il que le RDR travaille davantage pour être ce fleuve où les rivières ont envie de se déverser ».

Congrès extraordinaire RDR: rivalités en perspectives

Le premier ministre Amadou Gon Coulibaly avait dû intervenir, au cours de cette même réunion, pour répondre à l’appel aux « négociations inclusives » de Guillaume Soro, rappelant que les discussions ont été ouvertes à tous les partis politiques.

Manifestement, les positions des deux grands rivaux du septentrion, candidats non déclarés à l’investiture du RDR, à la présidentielle ivoirienne de 2020, n’ont pas bougé, en dépit de l’accord politique signé par les six responsables de la mouvance, le 16 avril 2018. Le congrès risque d’opposer deux blocs.

Prince Beganssou

Enregistrement secret : voici l’intégralité de la déclaration de Soro au comité de direction du RDR

Personnalités liées avec l’article