Incendie de Bassam : Où sont passés les pompiers du maire Ezaley?

Incendie Grand-Bassam
Incendie Grand-Bassam
L’atmosphère est très lourde ce matin du mercredi 25 juillet 2018. En effet,  une famille de neuf personnes dont des vacanciers, a été piégée et décimée par un incendie provoqué par un court-circuit électrique. Le Groupement des  Sapeurs-pompiers militaires () pointé du doigt a vite dégagé sa responsabilité en soulignant celle des pompiers civils de la ville. Drame de Bassam responsabilité des pompiers de la ville.

C’est un drame qui laisse toute la population de  dans la tristesse. Toute une famille trouve la mort dans un incendie. Les faits se sont passés tôt le matin du mercredi 25 juillet 2018 aux environs de 4 heures du matin, à  au quartier Mockeyville, carrefour Conteneur orange, pendant que celle-ci était dans un profond sommeil.

A lire aussi : Incendie à Orange Côte d’Ivoire : « Orange doit apprendre à respecter ses clients »

L’arrivée des secours en retard a été relevée par les riverains. Pourtant, le maire George Philippe Ezaley avait présenté officiellement les premiers pompiers civils de Grand-Bassam le samedi 30 mai 2015.

A cette occasion, le maire de la ville patrimoine mondial de l’UNESCO avait signifié que les détachements de pompiers civils sont destinés aux régions. Mais sa commune bénéficierait de leurs services. C’était au total 3I pompiers civils dont 28 hommes et 3 femmes qui composaient ce détachement. En 2017 l’on se rappelle que la mairie a annoncé à grande pompe leur avoir remis des équipements. Où étaient-ils donc durant tout ce temps que l’incendie se propageait ? Pourquoi n’ont-ils pas pu intervenir ne serait-ce qu’apporter les premiers secours ?

La responsabilité des agents en charge du secours à Grand Bassam serait pointée du doigt

Pointée du doigt dès les premières heures, le GSPM a vite situé les responsabilités, invitant la population à faire désormais la différence entre lui et les pompiers civils installés dans plusieurs villes et dont on ne pointe pas toujours la responsabilité. « Depuis quelques années maintenant quand on dit « pompier », on ne doit pas immédiatement penser GSPM, car certaines villes du pays sont défendues par des casernes de pompiers qui ne sont pas du GSPM et Grand-Bassam en fait partie », a clairement déclaré le GSPM.

Le maire Georges Philippe Ezaley qui a installé une brigade de sapeurs-pompiers civils dans sa ville depuis 2015, doit expliquer pourquoi ceux-ci ne se sont pas déplacés
Le maire qui a installé une brigade de sapeurs-pompiers civils dans sa ville depuis 2015, doit expliquer pourquoi ceux-ci ne se sont pas déplacés

Toutefois, les sapeurs-pompiers militaires ont dû se déplacer, faute d’inaction des pompiers civils de la ville. « Concernant ce regrettable incident, le GSPM a été alerté à 5 h 40 ; après avoir recoupé le renseignement, nous avons engagé un fourgon qui a démarré à 6 heures d’Abidjan, bien que Bassam ne soit pas la zone de compétence du GSPM. Sur les lieux le personnel n’a pu malheureusement que constater le feu éteint avec un corps calciné à l’intérieur de la maison » et huit autres morts asphyxiés sortis de la maison, par les riverains.

En effet, a leur arrivée, seule la servante avait été retrouvée calcinée, confirme notre source, précisant que les huit autres dont des enfants au nombre de cinq venus en vacances, avaient déjà succombé après leurs évacuations à l’hôpital de Grand-Bassam. Une enquête a été ouverte par la police.

Karina Fofana

« Bienvenue en Côte d’Ivoire, pays de la déresponsabilité permanente » (ASK)