Nanan Yao Boniface, un chef devenu président des baoulés du Gôh

Nanan Yao Boniface
All-focus

a été investi président de l’Union des résidents baoulés de la (URB-Gôh) le samedi 15 juin 2019.

La cérémonie d’investiture de Nanan Yao Boniface a eu lieu à l’espace de la « Fonction publique » de par le ministre de l’Equipement et de l’Entretien routier, Amédé Koffi Kouakou, parrain de l’évènement.

Nanan Yao Boniface, un chef devenu président

Avant cette investiture, le chef traditionnel était considéré comme le chef central des baoulés, apprend-t-on.

LIRE AUSSI: Arabie Saoudite : Gon Coulibaly échange avec IKB et Alpha Condé

« Qu’il agisse afin que la cohésion règne au sein de sa large communauté », a vivement recommandé le ministre Amédé Kouakou, qui dans son adresse au président de l’URG-Gôh, a indiqué que le développement tant recherché par toutes les communautés, n’est possible que si la paix existe dans le pays.

« S’il y a une division entre les baoulés, vous n’allez jamais réussir votre mission »

Amédé Koffi Kouakou

Selon lui, Nanan Yao Boniface aura à gérer toute une diversité de Baoulés de la région du Gôh, installés dans les différentes contrées d’Ouragahio, , , et de Gagnoa.

LIRE AUSSI: Sommet de l’OCI : Gon Coulibaly en Arabie Saoudite

« S’il y a une division entre les baoulés, vous n’allez jamais réussir votre mission », a averti le parrain, assurant que la mission du chef est de réussir à les mettre ensemble et pouvoir juguler les crises éventuelles qui pourraient subvenir.

Le chef des baoulés doit se mettre au dessus de la mêlée

Amédé Kouakou a invité le chef des baoulés à se mettre au dessus de la mêlée, et à ne regarder que l’essentiel, qui est la conservation de la cohésion entre les populations.

LIRE AUSSI: Baoulifla: pour être chef de village, il faut « être né d’un père lui-même né d’un père originaire du village »

Nanan Yao Boniface a invité toute sa communauté à l’aider dans sa mission et pris l’engagement d’aider à maintenir la flamme de la « cohésion sociale » avec ses tuteurs autochtones qui ont bien voulu recevoir la communauté dans la zone forestière des départements de Gagnoa et Oumé.

La région du Goh compte un million d’habitants pour plus de 3100 campements, dont la majorité est habités par la communauté Baoulé, apprend-on.

Personnalités liées avec l’article