Orpaillage clandestin: les aveux de Mariam Traoré qui donnent raison à Bédié

Mariam Traoré s’est prononcée le 21 novembre 2019, à l’Assemblée Nationale lors du vote du budget 2020 de Côte d’Ivoire, sur l’orpaillage clandestin.

« La Côte d’Ivoire est devenue le lieux de convergence de nombreuses personnes, notamment des milliers de nos frères de la sous région pour la recherche du bien être. Force est de reconnaître que le gouvernement a entrepris des actions d’envergure pour stopper cette activité aux conséquences néfastes et nuisibles à l’environnement, la santé de l’homme et des animaux. Cependant, malgré ces efforts louables, ce phénomène continue de gangrener toute la région de la Bagoué », a dénoncé la député Mariam Traoré.

LIRE AUSSI: Affaire révocation Grah Ange Olivier: le magistrat ivoirien répond au ministre Sansan Kambilé

Toujours selon elle: « Dans leur campagne de lutte et de sensibilisation les élus locaux ne sont pas associés. Je souhaite que les maires et les députés soient associés dans cette campagne. Oui, qui sont bien placés dans ces régions pour faire la sensibilisation des populations si ce ne sont les élus qui sont de surcroît en contact permanent avec les populations ».

LIRE AUSSI: Côte d’ivoire: voici les circonstances de l’arrestation de Binate Gaoussou, pro- Soro

Rappelons qu’en sa résidence de Daoukro, le mercredi 5 juin 2019, Henri Konan Bédié, ancien Chef de l’Etat et président du Parti Démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), a dénoncé ce phénomène Orpaillage clandestin:  » … il faut simplement que nous soyons conscients, car le moment venu, nous agirons, pour empêcher ce hold-up sur la Côte d’Ivoire, sous le couvert de l’orpaillage … .

Personnalités liées avec l’article